Le Président Félix Tshisekedi déterminé à anéantir toute tentative de rébellion en RDC

0
1686

Kinshasa, 06 juillet 2020 (ACP).- Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a affirmé sa détermination à anéantir toute tentative de rébellion en RDC, dans sa communication au cours de la  38ème réunion ordinaire du Conseil des ministres, qu’il a présidée vendredi, par vidéoconférence, à Kinshasa.

Le ministre d’Etat, ministre de la Communication et Médias et  porte-parole du gouvernement, David-Jolino Diwampovesa-Makelele  Ma-Mu Zingi, qui l’a indiqué dans son compte-rendu remis samedi, à l’ACP, a fait savoir que le Chef de l’Etat s’est dit consterné d’avoir appris  le déploiement par des personnes non-autrement identifiées, dans le Sud-Kivu, d’un drapeau de « La République du Kivu ».

Tout en exprimant son indignation en dénonçant « cette plaisanterie de mauvais goût au moment où il déploie des efforts pour cimenter l’unité nationale », il a demandé aux services de sécurité de traquer les auteurs de cet acte ignoble, afin de les traduire en justice.

Le Président de la République qui parlait de la situation sécuritaire en RDC, a également enjoint le gouvernement de résoudre la question du retard dans les paiements dus aux Forces Armées.

Pour le Chef de l’Etat qui venait d’être informé des doléances des Forces armées de la République, « pareille situation peut aboutir à la démotivation de nos troupes sur le front de bataille ».

Il a, à cet effet, séance tenante,  instruit le gouvernement de traiter avec célérité le déblocage des fonds dont les paiements sont en souffrance.

Au ministre de la Défense, le Chef de l’Etat lui a demandé  de prendre les dispositions nécessaires en vue de neutraliser les diverses forces négatives dans l’Est du pays en veillant en particulier au renforcement de la sécurité autour de Minembwe et dans les Haut-Plateaux.

Dans cette même communication, le Président de la République a également évoqué le problème de désignation des animateurs de certaines institutions d’appui à la démocratie et la  situation des sinistrés de Yumbi refugiés au Congo/Brazzaville.

Nécessité d’un consensus dans le processus de désignation des candidats à la CENI

Concernant la désignation des candidats au sein de la Centrale électorale nationale indépendante  (CENI), le Chef de l’Etat, en sa qualité de garant du bon fonctionnement des institutions de la République,  a recommandé qu’un tel processus qui impacte la politique générale du pays, soit conduit dans un esprit de consensus, d’apaisement et dans le strict respect des règles régissant cette plate-forme.

Il a, à cet effet, demandé aux différents acteurs intervenants de prendre  en considération les revendications des uns et des autres et d’aplanir les vues avant tout avancement dans ce processus.

« Il y va de la crédibilité même du processus électoral qui ne doit nullement être entaché d’irrégularités », a-t-il souligné, avant d’affirmer qu’il veillera personnellement à ce que la procédure de cette désignation et le processus électoral, soient crédibles de bout en bout.

Il sied de rappeler que la procédure devant conduire à la désignation des candidats au sein de la CENI, fait actuellement l’objet de fortes contestations.

Pour le rapatriement des sinistrés de Yumbi  vers leur milieu d’origine

A propos des sinistrés de Yumbi présentement refugiés au Congo/ Brazzaville, le Président de la République a instruit Mme le ministre d’Etat, ministre des Affaires Etrangères de faire le point avec les autorités de la République du Congo pour faciliter le rapatriement desdits compatriotes vers leur milieu d’origine.

Il a, à cette même occasion, demandé qu’un rapport lui soit fait sur la mission d’une délégation ministérielle qui avait été envoyée au chevet de ladite population et les travaux de génie militaire qui avait été chargé  de procéder à la construction des habitations destinées à accueillir ces réfugiés au Congo/Brazzaville.

Le Chef de l’Etat a demandé aussi au ministre des Affaires Humanitaires et Solidarité Nationale de faire rapport à ce sujet à l’occasion du prochain Conseil des ministres.

Poursuite de la traque des groupes armés par les FARDC dans l’Est de la République

Dans son intervention, le ministre des Affaires Coutumières remplaçant le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires Coutumièresen mission, a indiqué que la traque des groupes armés par les Forces armées de la RDC (FARDC) se poursuit  dans l’Est de la République, avec de plus en plus de succès.

Dans la province du Haut-Katanga, les forces de défense et les services de renseignement ont été mobilisés pour contrer les miliciens « Bakata-Katanga », qui continuent  de faire circuler la rumeur de proclamation de l’indépendance du Katanga.

S’agissant de la criminalité et du banditisme,  le ministre a fait savoir  que  dans la province du Sud-Kivu, on a noté le kidnaping d’une ressortissante américaine, le 29 juin dernier par des hommes armés alors qu’elle faisait du sport sur la piste de l’aérodrome de Lushimu. Les recherches sont lancées en vue de retrouver la concernée.

A Kinshasa, trois personnes ont été assassinées à Selembao, Mont-Ngafula et Kimbanseke par des bandits armés en tenue civile. La Police poursuit la traque de ces criminels et les investigations à ce sujet.

Dans la province de Mongala, vingt quatre détenus de la prison Centrale de Bumba se sont évadés le 26 juin 2020. La Police est sur les traces des fugitifs.

A propos de la situation à la frontière avec le Soudan du Sud, il a fait savoir , en rapport avec les incursions opérées par des éléments de l’Armée du Soudan du Sud en Ituri, qu’il s’est tenu dans le Territoire d’ARU une réunion bilatérale entre les autorités de cette entité et leurs homologues du Soudan du Sud.

A l’issue de cette rencontre et, en guise de manifestation de l’intérêt du Soudan du Sud pour la paix, un Congolais enlevé par les rebelles sud-soudanais ainsi que des armes saisies, ont été remis à la partie congolaise. D’autres rencontres ont été envisagées.

Sur le plan social, il a indiqué que  la situation épidémiologique de la peste bubonique dans Walendu en territoire de Djugu, est de trente-six cas confirmés dont huit décès, avant de signaler que cinq navires sont bloqués au mouillage à Banana  à la suite d’un mouvement de grève observé à Boma au Kongo central, par les travailleurs de l’ex Compagnie des Voies Maritimes (CVM).

Un calme relatif règne sur toute l’étendue du pays

Prenant la parole, le ministre de la Défense Nationale et Anciens Combattants a confirmé qu’un calme relatif règne sur toute l’étendue du territoire, en dehors de quelque coins de l’Est du pays qui font l’objet des attaques sporadiques des groupes armés, traqués par les FARDC.

S’agissant de différentes zones de défense, il a fait savoir que, dans la première zone de défense (Kinshasa, Equateur, Bandundu, Kongo-Central), un dispositif militaire particulier a été placé dans le territoire de Lufu (Kongo-Central) où il avait été remarqué des incursions des troupes angolaises sous prétexte de poursuite des rebelles du FLEC.

Dans la deuxième zone de défense plus particulièrement dans l’espace Katanga, les troupes postées à la frontière avec la Zambie récemment ont reçu la visite d’encouragement du ministre de la Défense.

Dans la troisième zone de défense (Nord-Kivu, Sud-Kivu, Ituri, Maniema), des avancées positives ont été constatées dans la traque des terroristes ADF/MTM.

Il a également révélé que l’assainissement de la gestion des troupes au sol, passant par le contrôle biométrique des militaires engagés dans les zones opérationnelles, a été initié  et qu’un réseau de collabos locaux des ADF a été démantelé dans la contrée d’OICHA.

Dans le territoire de Butembo, des combattants « lendus » de différents groupes Maï-Maï ont été évacués à Beni, tandis qu’en province de Haut-Uélé, on a noté une nouvelle incursion des troupes de l’Armée du Soudan du Sud dans le territoire d’Aru. Le dispositif militaire des FARDC a été renforcé. Des négociations diplomatiques sont envisagées à ce sujet.

COVID-19 : la Gombe revient en 1ère  position des communes touchées, avec 593 cas confirmés

Complété par le Coordonnateur du Secrétariat Technique de la Riposte contre la COVID-19, le  ministre de la Santé  a indiqué que la commune de la Gombe, en déconfinement progressif depuis  le 29 juin dernier, est revenue en première position des communes touchées, avec 593 cas confirmés.

Le cumul des cas est de 7.122 et on a enregistré 175 décès et 1.785  personnes guéries.

Quatorze sur vingt-six provinces que compte le pays sont touchées par la COVID-19. Il s’agit de Kinshasa, Kongo-Central, Haut-Katanga, Sud-Kivu, Nord-Kivu, Lualaba, Tshopo, Haut-Uélé, Kwilu, Sud-Ubangi, Equateur, Ituri, Haut-Lomami et Kwango

Le ministre a également déploré le non-respect des gestes-barrières par les responsables des établissements ouverts de même que par la population, précisant que c’est cela qui est à l’origine de cette recrudescence. « Des mesures de coercition doivent être envisagées », a-t-il souhaité.

Tandis que pour l’épidémie d’Ebola à Mbandaka, le cumul  des cas confirmés est de 33 avec 13 décès.

Les zones de santé les plus touchées sont : Bikoro, Bolomba, Iboka, Mbandaka et Wangata.

Le ministre a , à cette occasion, signalé que deux agents de santé figurent parmi les cas contaminés par le virus depuis le début de l’épidémie et 6.823 personnes ont été vaccinées depuis le début de la vaccination, le 05 juin 2020.

2.000.000 USD pour débloquer le projet de développement de la riziculture de Masina

Le ministre du Développement rural a sollicité 2.000.000 USD auprès du gouvernement pour le déblocage du Projet de développement de la riziculture de Masina.

Le ministre qui  a fait part au Conseil des ministres de l’urgence à faire aboutir ce projet, a rappelé  que l’objectif global du projet est d’augmenter la production agricole du riz dans la zone du projet.

Présentement ce projet est confronté au problème de financement de la contrepartie du gouvernement, laquelle rémunère en partie les travaux, l’acquisition des équipements et l’encadrement des paysans.

Il a également rappelé que ce projet avait fait l’objet d’un financement à la suite des accords de prêts signés avec la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA) et le Fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID) portant sur 17 millions USD, dont 2 millions USD pour le gouvernement congolais au titre de contrepartie.

Adoption du document de Politique Nationale de l’Aménagement du Territoire

Le Conseil a adopté le document de Politique Nationale de l’Aménagement du Territoire, présenté par le ministre de l’Aménagement de Territoire.

Pour le ministre de l’Aménagement du Territoire, l’adoption de ce texte permettra de mettre un terme à la superposition des titres, aux désordres caractérisés en matière d’affectation et des usages de terre ainsi que de garantir le développement durable et harmonieux du territoire national.

La mission de la Politique Nationale de l’Aménagement du Territoire, rappelle-t-on, est d’assurer une gestion optimale, équitable et durable de l’espace national. ACP/Kayu