Revue de presse du mercredi 08 juillet 2020

0
668

Interdiction de marches de l’UDPS, du FCC ET du LAMUKA

Les quotidiens parus mercredi 8 juillet 2020, à Kinshasa convergent autour de l’interdiction de marches des formations  politiques UDPS, FCC et LAMUKA.

Agence congolaise de presse (ACP) fait remarquer que le parti politique Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) maintient sa marche prévue jeudi. Le secrétaire général de cette formation politique, Augustin  Kabuya a dit avoir informé l’autorité urbaine conformément à la loi qu’il n’est pas possible que la marche
soit annulée, souligne l’agence nationale.

Selon lui, l’UDPS va marcher pour dénoncer « le passage en force du Front commun pour le Congo (FCC) aui veut imposer Ronsard Malonda à la tête de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ».

« Marches : Gentiny Ngobila dit non au PPRD et à l’Udps », titre Forum des As. Dans la même veine, commente le journal, il y a fort à parier que la démarche à venir de Lamuka recevra une fin de non-recevoir.

Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, dit non aux marches du PPRD et de l’Udps, respectivement annoncées pour ce mercredi 8 et jeudi 9 juillet à Kinshasa.

Dans une correspondance datée d’hier mardi 7 juillet adressée à Augustin Kabuya, secrétaire général du parti présidentiel, le Gouverneur de la ville de Kinshasa oppose à la demande de l’Udps, souligna le quotidien, l’état d’urgence sanitaire décrété par le Président Félix Tshisekedi, pour lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19 dans le pays.

Dans cette lettre, Gentiny Ngobila rappelle au parti de la 11è rue Limete que ledit état d’urgence est assorti des mesures restrictives, en l’occurrence l’interdiction de rassemblement de plus de vingt personnes et le respect de la distanciation sociale, indique le tabloïd.

La Prospérité met en gras : « Marches pacifiques croisées : Ngobila interdit, CACH et LAMUKA maintiennent la mobilisation ! ». L’autorité provinciale a éclairé les lanternes des délégués de CACH et Lamuka au cours de la réunion. Imperturbable,  Gentiny Ngobila Mbaka a fait part à ses hôtes de l’impossibilité d’organiser la moindre marche populaire dans la capitale, évoquant ainsi l’état d’urgence sanitaire décrété par le Président de la République, Félix Tshisekedi, qui exige le respect des gestes barrières et des mesures comme la distanciation
physique, le rassemblement de moins de 20 personnes.

Faisant fi de cette réponse de l’autorité urbaine, CACH conduit par Augustin Kabuya
et Lamuka représenté par Francis Kalombo disent maintenir leurs marches respectivement, le 9 et le 13 juillet 2020.