Le Mouvement « JE DENONCE » condamne le comportement de la femme qui a souillée la photographie de Ronsard Malonda

0
96

Kinshasa, 11 juillet 2020(ACP).-   La Coordonnatrice du mouvement « JE DENONCE », Maguy Mbuku a condamné samedi avec la derrière énergie le comportement inacceptable de la femme dont la vidéo circule sur la toile en train de souiller une photographie de M. Ronsard Malonda, nouveau président de la Commission électorale nationale et indépendante (CENI), au cours de la marche organisée jeudi dernier.

Selon la source, les efforts des activistes des droits des femmes qui militent pour le respect de la femme et la jeune fille, viennent d’être saboté par la dame qui a exposé sa nudité, soulignant que le comportement de cette dame sur cette séquence vidéo dans les réseaux sociaux,  fait la « Une » de la toile déshonorant ainsi l’image de la femme congolaise.

Mme Mbuku a déploré ce fait humiliant de la femme par elle-même et a estimé que  même si c’est le député provincial Gérard Mulumba qui lui aurait intimé l’ordre, entant que femme, mère et responsable, elle aurait dû  par respect pour elle-même ainsi que pour toutes les femmes congolaises décliner à cet offre odieuse.

« L’acte posé par cette femme vient de saper les efforts que ne cessent de fournir les activistes des droits des femmes pour faire respecter la femme congolaise et respecter ses droits. C’est une mère de famille qui devrait réfléchir à deux fois avant d’accepter cette proposition », a a-t-elle souligné.

Mme Mbuku a fait remarquer qu’avant de réclamer le respect, la femme congolaise doit se respecter d’abord et les hommes vont emboîter les pas.  Elle a, par ailleurs appelé « les femmes et les jeunes filles à ne pas se laisser manipuler où chosifier jusqu’à ce point. La dignité ne s’achète pas. Une preuve de plus que dans les partis politiques, les femmes n’occupent pas la place qu’il faut. Elles sont utilisés pour des faits moins utiles ».

Le Mouvement #JEDENONCE compte mener des campagnes d’éducation à la revalorisation de soi à l’intention des femmes, car  « Une femme n’est pas n’importe qui. Si elle se connait mieux, elle ne se laissera pas traîner par le bout du nez quelque soit son niveau de pauvreté », a-t-elle conclu. ACP/Kayu/CL/KJI