Léon Kengo Wa Dondo fait grand cordon de l’ordre  national des héros nationaux Kabila – Lumumba

0
535

Kinshasa, 13 juillet 2020 (ACP).- Le président honoraire du Sénat, Léon Kengo Wa Dondo,  a été décoré, samedi, « Grand cordon de l’ordre national des héros nationaux Kabila Lumumba », pour ses mérites et services rendus à la nation congolaise par le chancelier des ordres nationaux, l’ amiral Damas Kabulo, à l’issue d’une cérémonie à l’occasion du vernissage de son livre  « Léon Kengo Wa Dondo : La passion de l’Etat », organisée dans la salle des congrès du Palais du peuple.

Le chancelier des ordres nationaux, l’amiral Damas Kabulo, a remis les insignes à Léon Kengo  au nom du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Grand chancelier des ordres nationaux et des héros nationaux Kabila-Lumumba qui a  signé, le 09 juillet 2020, une ordonnance nommant le  président honoraire du Sénat, Léon Kengo Wa Dondo à cette dignité.

Dans une communication faite à cette l’occasion, Emmanuel Keto, un des anciens conseillers de Léon Kengo, a déclaré que le président honoraire de la chambre haute du Parlement   est venu au monde le 22 mai 1935. Selon lui, les écueils franchis ajoutés à la rigueur de ses encadreurs ont contribué à affermir sa personnalité et à forger sa combativité.

Il a indiqué que Léon Kengo a terminé son cycle secondaire à Mbandaka (ex-Coquilhatville) couronné  par un diplôme d’études judiciaires à l’Ecole Nationale de Droit et d’administration. Muni de son diplôme du secondaire, a poursuivi Emmanuel Keto, le jeune Léon descend à Kinshasa, en compagnie de sa grand-mère. Soucieux du perfectionnement, Léon Kengo qui s’appelait à l’époque  Léon Lobitch s’était envolé, en 1962, pour l’Université libre de Bruxelles. En 1967, il   décrochera son diplôme de Docteur en Droit en plus d’une licence spéciale en Droit maritime, aérien et de l’Espace.

Après un bref séjour au cabinet du Président Mobutu comme conseiller, il sera  nommé procureur général près la Cour d’appel de Kinshasa. Avec la création de la Cour suprême de Justice, il  sera  promu procureur général de la République. Il sillonnera la République, ce qui lui  permettra de concevoir, avec le concours du ministre de la Justice et quelques juristes, les réformes judiciaires qui constitueront le socle de la Justice nationale.

Président du Conseil judiciaire, il mettra en place l’Inspection générale des services judiciaires. « Président du Conseil judiciaire, il connaissait chaque magistrat, et chaque magistrat le connaissait »,  a souligné Emmanuel Keto.

Dans la pratique judiciaire pure, a  précisé son ancien conseiller,  Léon Kengo s’était illustré à travers certains procès dont le procès Kudia Kubanza et Mungul Diaka, dans lesquels il avait lui-même occupé, le siège du ministère public.

Plusieurs fois Premier Commissaire d’Etat, il s’était illustré, à son troisième mandat en 1994, par un des dossiers brûlants de ce mandat, celui dit Khanafer relatif à  un groupe d’affairistes qui avait reçu de la Banque du Zaïre, mission d’imprimer les billets de Banque.

Léon Kengo a été reconduit, le 8 décembre  1996, Premier ministre, quatre ans après la Conférence nationale souveraine (CNS). Le 12 avril 1997, il  fait la remise-reprise avec le nouveau Premier ministre, le général Likulia, avant son exil forcé en Belgique.

En 2007, usant d’une campagne de porte à porte, il se fait élire sénateur de la province du Nord-Ubangi. Le 11 mai 2007, à la surprise de beaucoup, il est élu Président du Sénat. ACP/FNG/Kayu/Fmb/Nig/NKV