Covid-19 : les autorités du Parc national des Virunga s’inquiètent de la menace « accrue » du braconnage

0
419

Kinshasa, 14 juillet 2020 (ACP).- Les autorités du Parc national des Virunga situé dans la province du Nord-Kivu, s’inquiètent de l’augmentation de la menace « accrue » du braconnage après la découverte d’un bébé gorille, « Theodore« , pris au piège, indique un communiqué du parc national des Virunga parvenu mardi à l’ACP.

Le document renseigne que le parc a perdu des revenus, suite à la fermeture des activités touristiques liée à la pandémie de Covid-19, entravant ainsi sa capacité à protéger les gorilles et autres espèces qui résident à Virunga.

« Les signes d’une augmentation du braconnage sont extrêmement inquiétants. La crise de coronavirus conduit à une pénurie des ressources qui met les gorilles à la merci des braconniers et de plus en plus menace les moyens de subsistance des populations locales », a déclaré le directeur du parc national des Virunga, Emmanuel De Merode.

Pourtant, le niveau de braconnage dans le parc national des Virunga avait diminué, indique la note, ces dernières années « grâce aux opérations anti-braconnage efficaces entreprises par les gardes forestiers du parc national des Virunga en partenariat avec les communautés locales ».

Sur ce, le parc national des Virunga prévoit « à présent de procéder à un balayage à grande échelle du parc, en collaboration avec les communautés locales, pour localiser et éliminer les collets et sécuriser les habitats de la population de gorilles de montagne menacée et d’autres espèces sauvages ».

Les activités touristiques au Parc des Virunga ont été suspendues pour protéger à la fois la population de gorilles de montagne et les communautés locales de la menace de transmission de la Covid-19.  Depuis le 02 juillet 2020, le Parc s’était enrichi d’une nouvelle naissance d’un gorille des montagnes de la famille Baraka.

Avec cette nouvelle naissance, le nombre de gorilles habitués identifiés passe de 151 à 152 individus sans compter les gorilles habitués non identifiés et ceux de Senkwekwe, selon les derniers chiffres du Parc national des Virunga livrés le 1er juin dernier. ACP/Zng/May