Les célébrations du 14-Juillet en France  organisées en format réduit pour raisons sanitaires

0
450

Kinshasa, 14 juillet 2020 (ACP).- Les célébrations de la fête nationale française du 14-Juillet ont été organisées mardi en format réduit sur la place de la Concorde à Paris en raison de la crise sanitaire, se tenant sans public ni troupes motorisées et avec un nombre de participants limité, ont rapporté le même jour les médias internationaux.

Peu après 10H heure locale, le président Emmanuel Macron a rejoint cette place depuis l’Assemblée nationale à bord d’un véhicule militaire aux côtés du chef d’état-major des armées, le général François Lecointre.

Un parcours modifié cette année, puisque le chef de l’Etat descend habituellement l’avenue des Champs-Elysées pour passer en revue les troupes militaires. Un hommage au général Charles de Gaulle a été rendu en début de cérémonie, à l’occasion de la célébration des 130 ans de sa naissance, des 80 ans de l’appel du 18 juin 1940 et des 50 ans de sa mort.

«Héros de la Première Guerre mondiale, combattant visionnaire, chef de la France libre, fondateur de la Ve République, le général de Gaulle marque encore notre temps de son empreinte », a noté l’Elysée dans un communiqué.

La Patrouille de France a survolé la ville comme chaque année, passant au-dessus des Champs-Elysées et de la place de la Concorde. Les honneurs militaires ont été rendus au personnel soignant des armées mobilisé au sein de l’opération Résilience, ainsi qu’aux civils engagés dans la lutte contre le COVID-19 sur le thème « une Nation engagée, unie et solidaire« .

Près de 200 membres de familles de soignants décédés pendant la crise sanitaire ont assisté au défilé et leurs enfants seront nommés pupilles de la Nation, qualité attribuée par l’Etat aux enfants mineurs dont un des parents a été blessé ou tué lors d’une guerre, d’un attentat terroriste ou en rendant certains services publics.

Quatre pays étrangers ont également été mis à l’honneur cette année pour les remercier de leur aide durant la crise sanitaire.

Il s’agit de l’Allemagne, de l’Autriche, du Luxembourg et de la Suisse, qui avaient pris en charge près de 160 patients français. ACP/Zng/May/GGK/JLL