Les femmes appelées à étendre leur champ d’action au lieu de se confiner à l’art culinaire et la coupe couture

0
300

Kinshasa, 16 juillet 2020 (ACP).- Claudine Lumvi, directrice-éditrice du journal Le souverain libre paraissant dans la province du Sud-Kivu a exhorté les femmes congolaises à ne pas se confiner seulement aux métiers considérés comme féminins dont l’art culinaire et la coupe couture mais à se distinguer dans tous les domaines de la vie.

Madame Claudine qui s’exprimait jeudi  sur les antennes d’une radio locale, a expliqué que les facultés et les options de formation professionnelle que choisissent les jeunes filles risquent d’impacter sur l’avenir du leadership féminin parce qu’elles limitent leur champ d’action.

Au sujet de l’avenir de la femme  au Sud Kivu où elle évolue, cette professionnelle de média a indiqué que la question de l’épanouissement, du respect et  de la protection des droits de la femme restent un défi à relever dans la province. Pour elle, plusieurs organisations qui luttent pour la protection et la promotion des droits des femmes se mobilisent du jour au lendemain, pour dénoncer, haut et fort le non-respect des instruments juridiques qui promeuvent l’égalité entre homme et femme sur tous les plans liés  notamment à l’emploi, à la scolarité, à l’accès aux ressources naturelles et à la  liberté d’opinion.

Les autorités ont la mission de soutenir la lutte pour la promotion de la femme

Elle a encore condamné  nombreuses jeunes filles  qui ne cessent de s’orienter vers des facultés pléthoriques et celles considérées comme propres aux femmes pour échapper à la pression de la communauté. C’est qui ne facilite pas leur pleine intégration dans la société.

Pour surmonter ces obstacles, elle a encouragé  des activistes des droits humains et des militants des droits de la femme  qui poussent  les autorités à tous les niveaux à jouer un rôle primordial dans cette lutte .«Au lieu, de faire l’université, les jeunes filles, peuvent se lancer dans la logistique, l’électricité, la mécanique ou la  plomberie. Notre société veut que les filles soient toujours clouées dans la coupe et couture, l’art culinaire ou l’encadrement des enfants comme si elles ne sont censées de ne  faire que ça ; ces choix-là sont déjà saturés» a-t-elle conclu. ACP/Fmb/Fmb/AWA