Gambie : débats au Parlement pour abroger une loi réprimant la dépigmentation

0
346

Kinshasa, 17 juillet 2020 (ACP).- Les députés de Gambie ont débattu jeudi d’un texte visant à abroger une loi adoptée sous l’ex-président Yahya Jammeh et réprimant par une amende la dépigmentation, une ont indiqué vendredi des agences de presse internationale.

Ces sources soulignent que ledit projet ne sera pas voté à l’issue de la session jeudi, mais devait être remis à une commission qui le soumettra ensuite en séance plénière aux députés dans les prochains jours.

Une loi adoptée en 1996 votée sous M. Jammeh (1994-2017) interdit l’importation de produits éclaircissants et punit les importateurs d’une amende de 30.000 dalasis (400 dollars). L’amende frappant les usagers  est de 5.000 dalasis (100 dollars).

Arrivé au pouvoir en 1994 par un coup d’Etat, Yahya Jammeh a dirigé pendant 22 ans un régime de féroce répression, marqué par des cas de tortures, de viols et d’exécutions extra-judiciaires.

Il a été poussé à s’exiler en Guinée-Equatoriale en janvier 2017, cédant à une intervention militaire africaine après avoir rejeté sa défaite à la présidentielle face à l’opposant Adama Barrow.  Le texte débattu jeudi est l’initiative du gouvernement de M. Barrow.

De son côté, le député Halifa Sallah a jugé le texte nécessaire pour que des hommes cessent d’abuser des femmes en les menaçant de les dénoncer parce qu’elles se seraient éclairci la peau. Plusieurs députés se sont prononcés en faveur de l’abrogation, ont ajouté ces mêmes sources.

Les détracteurs de la dépigmentation invoquent à la fois des raisons de morale et de santé, en raison des dangers posés selon eux par certains produits.

Le phénomène de la dépigmentation existe dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne et au sein de la diaspora noire. Il est surtout pratiqué par les femmes. ACP/FNG/ZNG/ODM/May/GGK