Les prix des ingrédients alimentaires en hausse sur le marché de Kinshasa

0
408

Kinshasa, 21 juillet 2020 (ACP)-Les prix des ingrédients  alimentaires ont connu une augmentation   sur le marché de Kinshasa pour la semaine allant du 13 au 19 juillet 2020, par rapport à la semaine du 6 au 12 juillet de la même année à cause des effets négatifs de la pandémie de  la coronavirus a constaté l’ACP.

Selon le constat, un sac de  « Solo »en lingala, du nom scientifique : solanum  melongena est passé de 65.000 (soixante-cinq mille) FC à 70.000 (soixante-dix mille) FC, soit une augmentation 5.000 (cinq mille) FC ; un sac d’aubergine qui se vendait à 65.000 (soixante-cinq mille) FC se négocie actuellement à 72.000 (soixante-douze mille) FC, soit 7.000 (sept mille) FC de plus ; un sac de poivrons qui était à 50.000 (cinquante mille) FC se négocie à 55.000 (cinquante-cinq mille) FC, soit 5.000 (cinq mille) FC de hausse.

Un filet de 10 kg de l’ail est passé de 70.000 (soixante-dix mille) FC à 78.000 (soixante-dix-huit mille) FC, soit une 8.000 (huit mille) FC d’augmentation ; une caisse de tomates pommées qui se vendait à 78.000 (soixante-dix-huit mille) FC se négocie présentement à 90.000 (quatre-vingt-dix mille) FC, soit 12.000 (douze mille) FC de plus ; une caisse de piment rouge qui  coutait  65.000 (soixante-cinq mille) FC se vend actuellement à 73.000 (soixante-treize mille) FC, soit 8.000 (huit mille) FC de hausse ; une botte de ciboulette est passée de 2.500 (deux mille cinq cents) FC à 3.500 (trois mille cinq cents) FC soit une augmentation de 1.000 (mille) FC.

Par contre les ingrédients tels que les céleris et les feuilles de laurier observé une baisse de prix au cours de la semaine  sous examen. Ces ingrédients se vendent respectivement à 2.200 (deux mille deux cents) FC contre 2.500 (deux mille cinq cents) FC ; 1.300 (mille trois cents) FC  contre 1.600 (mille six cents) FC. Tandis que la courgette, le cube magie ont maintenu le prix en se vendant à respectivement à 5.000 (cinq mille et 3.000 (trois mille) FC.

Selon les vendeurs  interrogés sur les lieux, ils attribuent cette situation à la dépréciation du Franc congolais face aux devises étrangères d’une part, et à la fermeture des frontières entre la ville de Kinshasa et les provinces. ACP/Kayu/May/GGK