Les acteurs impliqués dans la riposte contre la COVID-19,  engagés pour stopper la chaine de contamination

0
508

Kinshasa, 22 juillet.2020 (ACP).- Les acteurs impliqués dans la riposte contre la COVID-19 se sont engagés dans des discussions sur des mesures afin de renforcer la riposte et stopper la chaine de contamination, renseigne le communiqué de la MONUSCO parvenu mercredi à l’ACP.

Parmi les mesures en discussion, il y a la nécessité de renforcer l’engagement communautaire afin de lutter contre la méfiance des populations et les amener à coopérer avec les équipes de riposte. Une réunion du Comité provincial de coordination, présidée par le gouverneur de la province, avait eu lieu le 21 juillet durant laquelle les nombreux défis de la réponse ont été abordés.

Entre autres, la réunion a abordé le processus de finalisation du plan de réponse multisectoriel consolidé et décidé  de mettre en place un comité ad hoc pour étudier la requête faite par les communautés à l’équipe Enterrements dignes et sécurisés de disposer de cercueils. Médecins Sans Frontières a entamé la construction d’un nouveau centre de traitement, dans l’aire de Bosomondoba, à environ 80 km de Bolomba.

Par ailleurs, une équipe de la Fédération Internationale de la Croix-Rouge est arrivée dans la ville pour former des volontaires de la Croix-Rouge congolaise qui seront impliqués dans les Enterrements dignes et sécurisés (EDS).

Selon la commission de vaccination, en dehors de Bikoro et d’Ingende,  tous les stocks de vaccins ont atteint un seuil d’alerte critique pouvant limiter les activités de vaccinations prévues dans les prochains jours.

Il ne reste que 3.000 doses disponibles pour l’ensemble de la province, représentant 40 % des besoins actuels.

Face à la flambée de l’épidémie, il est nécessaire de renforcer en tous genres, les effectifs impliqués dans la riposte, tels que des épidémiologistes, des spécialistes de laboratoire ainsi que des spécialistes de la communication. À côté des besoins en ressources humaines, les besoins en équipements persistent, tels que le matériel pour maintenir la chaine de froid et des réactifs pour les diagnostics en laboratoire.

Un autre aspect de la riposte serait de mettre en œuvre la gratuité des soins de santé dans les structures de santé. Cette mesure permettrait non seulement de renforcer la riposte, mais également de faciliter l’adhésion de la communauté dans la lutte contre la maladie à virus Ebola.

ACP /CL/MPK/JFM