La BAD appelle l’Afrique centrale à développer des compétences adaptées aux réalités économiques

0
410

Kinshasa, 23 juillet 2020 (ACP).- La Banque africaine de développement (BAD) a appelé les pays de l’Afrique centrale à agir selon le développement des compétences adaptées aux réalités économiques, dans un communiqué de la BAD parvenu jeudi à l’ACP.

Selon le rapport  de la BAD sur «les perspectives économiques en Afrique 2020» présenté la semaine dernière, les prévisions de croissance pour l’Afrique centrale sont assombries par la pandémie de la COVID-19  et que l’absence de  diversification des économies, la faiblesse du capital humain, le manque d’emplois décents et de compétences appropriées sont des défis majeurs pour l’Afrique centrale.

Le rapport recommande, à cet effet,  la mise en œuvre de programme de développement et des capacités nouvelles adaptées aux réalités économiques qui s’appuient sur les deux piliers principaux du capital humain, à savoir : l’éducation  la formation d’une part, la santé et la protection sociale, d’autre part.

Le rapport relève des dynamiques différentes sur la structure des emplois en fonction de l’activité économique principale des pays concernés, notamment les pays dits «agricoles» tels que le Cameroun, la République centrafricaine, la RDC, le Tchad. Ces derniers,  indique la source, ont des taux de chômage relativement élevés, mais avec des emplois informels et une précarité plus réduite.

Le  rapport de la BAD relève également l’inadéquation de l’offre de formation aux besoins réels des économies et un faible niveau de financement public du système d’éducation et de formation. Avant la pandémie de la COVID-19, la Banque tablait sur une croissance de 3,5% du PIB réel de l’Afrique centrale en 2020.

Depuis, ce taux a été révisé à -2,5% dans la version le plus optimiste, soit une perte de 6,1 points de pourcentage, et à -4,3% dans le cas le plus pessimiste, soit une perte de 7,8 points. Pour rappel, en 2019, l’Afrique centrale a enregistré un taux de croissance de 2,8 %, contre 3,2 pour la moyenne continentale.

Les principaux indicateurs macroéconomiques de la région se sont améliorés d’une  inflation de 2,6% la plus faibles de toutes les régions, le solde budgétaire excédentaire de 0,5% du PIB.  L’Afrique  centrale  reste la seule région non déficitaire et déficit de la balance courante à 1,9% du PIB, soit la meilleure performance du continent. ACP/ZNG/ODM/Fmb/Awa