Lancement à Kinshasa d’une formation de changement d’attitudes sur l’avortement

0
92

Kinshasa, 23 juillet 2020 (ACP).- La Coalition de lutte contre les grossesses non désirées (CGND) a lancé, mercredi dans la salle de réunions de l’Eglise du Centenaire à Kinshasa, un atelier de formation de 3 jours sur la clarification des valeurs et le changement d’attitudes lié à l’avortement avec comme thème : «La création d’un cadre de concertation pour la domestication du protocole de Maputo».

L’objectif principal de cette formation est de contribuer à l’amélioration de l’environnement social, médical, et judiciaire favorable sur les questions d’avortement clandestin en donnant de l’information fiable à la population.

Selon Mimy Mopunga, activiste des Droits des femmes, la CGND a choisi de briser le silence sur la problématique de l’avortement. «Nous voulons partager les informations sur les droits à la santé sexuelle et reproductive et sensibiliser les femmes sur le protocole de Maputo», a-t-elle dit, avant de préciser que cette action initiée par la CGND repose sur l’article 14, de ce protocole qui fait suite au taux élevé de mortalité maternelle en RDC, dont l’avortement à risque qui en est la deuxième cause dans le pays.

La CGND a par ailleurs invité les autorités politico-administratives, religieuses, les organisations de la société civile à prendre part à cet atelier pour partager leurs expériences de s’engager afin de  lutter contre les inégalités liées au genre en général et sur la question de l’avortement non sécurisé en particulier.

Il est à rappeler que le protocole de Maputo a été ratifié en 2008 par la République Démocratique du Congo comme un traité par excellence au niveau régional, qui reprend tous les droits des femmes mais également l’article 14, qui parle de la santé sexuelle et reproductive.

ACP/FNG/ZNG/ODM/Fmb/Awa