La mise en œuvre du plan d’urgence pour la relance de la vaccination en RDC a produit des résultats satisfaisants

0
609

Kinshasa, 25 juillet 2020 (ACP).- La mise en œuvre du plan d’urgence pour la relance de la vaccination de routine en RDC, dénommé « Plan Mashako » qui a été lancée en janvier 2019, a produit des résultats satisfaisants, a déclaré samedi à Kinshasa la Directrice du Programme Elargi de Vaccination (PEV), le Dr Elisabeth MukambaMusenga.

La Directrice du PEV a fait cette déclaration lors de l’enregistrement d’une émission spécialisée réalisée par le Réseau des Journalistes Amis de l’Enfant (RJAE), et qui sera diffusée dans les prochains jours sur plusieurs chaines de télévision et de radio de Kinshasa.

A cette occasion, le Dr Elisabeth Mukamba et le Dr Daniel Nacoulma, chef de l’unité vaccination au bureau du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) en RDC, ont indiqué que le plan Mashako a été conçu et mis en œuvre par le ministère congolais de la Santéà travers le PEV,avec l’appui de ses partenaires, pour relever le taux de couverture vaccinale qui est faible dans  ce pays. Les résultats de l’enquête Mics 2017-2018 ont révélé que 35% seulement d’enfants de 0 à 1 an sont complètement vaccinés en RDC.

Un enfant est complètement vacciné lorsqu’il reçoit avant son premier anniversaire les doses requises des vaccins contre les 11 maladies ciblées par le PEV, à savoir la tuberculose, la poliomyélite, la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, l’hépatite B, les infections à hémophilisinfluenze de type B, les pneumonies, les diarrhées à rotavirus, la rougeole et la fièvre jaune. La faible couverture vaccinale, ont-ils dit, a fait que la RDC  a connu unerecrudescence des épidémies dont celle de rougeole qui a été la plus meurtrière.

Le plan Mashako, a précisé la Directrice du PEV, contient les 5 axes prioritaires suivants : augmenter le nombre de séances de vaccination dans les structures en organisant au moins une séance par semaine ; assurer la disponibilité des vaccins dans les sites de vaccination ; organiser des supervisions des activités de vaccination ; s’assurer de la fonctionnalité des matériels de la chaine de froid pour la bonne conservation des vaccins ; organiser le contrôle et l’inspection.

Pour le Dr Daniel Nacoulma de l’UNICEF, les 5 indicateurs du plan Mashako ont atteint des niveaux très performants en une année dans les 9 provinces ciblées par ce plan, à savoir Kinshasa, le Kwilu, le Kasaï, le Haut-Lomami, le Haut-Katanga, l’Ituri, la Tshuapa, la Mongala et le Tanganyika. On est passé de moins 20% à 94% de fonctionnalité des matériels de la chaine de froid, à 78% de disponibilité des vaccins dans les structures de santé et à 85% de respect du nombre de séances de vaccination par semaine. L’UNICEF, a-t-il expliqué, accompagne le gouvernement congolais dans l’approvisionnement en vaccins et leur acheminement depuis les usines de fabrication jusqu’aux sites de vaccination et dans la maintenance des matériels de la chaine de froid.

La Directrice du PEV a indiqué que la mise en œuvre du plan Mashako a permis d’atteindre et de vacciner plus de 70.000 enfants supplémentaires dans les 9 provinces ciblées. Elle a salué le fait que le gouvernement congolais a déjà débloqué cette année pour l’achat des vaccins 16.400.000 USD (seize millions quatre cent mille dollars américains) sur les 23 millions de dollars prévus. Il s’agit là, a-t-elle reconnu, d’un effort considérable dans un contexte socio-économique et financier très difficile. ACP/Fng/CL/KJI/MPK