L’absence de l’armée et de la MONUSCO au lieu du massacre de près de 220 civils à Kipupu au Sud-Kivu

0
459

Kinshasa, 27 juillet 2020 (ACP)-.Les tribus Babembe, Bafuliru, Banyindu et Bavira ont ont déploré l’absence des éléments des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC)  et de la Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO) dans le village Kipupu, dans les hauts plateaux des territoires d’Uvira, Fizi et Mwenga, au Sud-Kivu où plus 220 civils ont été tués jeudi 16 juillet dernier par des rebelles Ngumino et Twigwaneho.

Ces 4 tribus, qui l’ont indiqué  dans une déclaration dont une copie est parvenue lundi, à l’ACP, condamnent ces tueries et appellent le gouvernement congolais à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la pleine protection de la population.

« Nous condamnons avec véhémence ces crimes barbares et lâches perpétrés par certains tisseurs et tireurs des ficelles qui, pour de raisons de positionnement politique et de promotion aux postes de responsabilité, instrumentalisent les populations à la base. Nous exigeons à l’État congolais d’œuvrer au renforcement des mesures de sécurité de la population sans discrimination et d’agir en prévention comme en répression de ces massacres odieux », ont-ils dit.

Les tribus Babembe, Bafuliru, Bavira et Banyindu appellent toutes les communautés des territoires de Fizi, Uvira et Mwenga à s’unir derrière les forces armées congolaises afin de barrer la route au projet de balkanisation de la RDC.

Pour Laban Kyalangaliwa de la tribu des Banyindu, la communauté internationale doit décourager l’implication militaire des pays voisins dans les affaires de la RDC.

Les signataires de la déclaration rappellent que lors de ces tueries jeudi dernier, plus de 800 maisons ont été incendiées, 80 vaches emportées et plus de 702 familles ont trouvé refuge dans la forêt. ACP/Kayu/ODM/Fmb