Mme Beatrice Lomeya exhorte les femmes à la  poursuite de leur combat

0
105

Kinshasa, 31 juillet 2020 (ACP).- La ministre du genre, famille et enfant, Béatrice Lomeya a exhorté vendredi les femmes à poursuivre leur combat, car le développement de la RDC dépend d’elles aussi, lors de la célébration de la Journée internationale de la femme africaine.

Selon Mme Lomeya, c’est ce 31 Juillet que l’Afrique célèbre cette  journée, consacrée par l’Union Africaine depuis 1974, et ce, en reconnaissance de l’engagement d’une Pionnière, Mme « AOUA KEITA » de nationalité Malienne.

 La ministre d’Etat, ministre du Genre, Famille et Enfant, qui  s’est adressée aux femmes de la République Démocratique du Congo en particulier,  a rappelé que cette journée a été initiée dans un contexte où les femmes africaines devraient se battre pour l’instauration d’une justice commune, celle qui défend les droits des femmes en tant qu’être humain.  « Plus de 50 ans après, le rôle historique joué par les femmes en Afrique témoigne de leur capacité de réaliser et de conduire le changement sur le continent. A l’instar de la pionnière, les femmes congolaises font preuve d’un engagement exemplaire, à travers des décennies, à faire reconnaître et respecter les droits des femmes qui sont des droits humains », a-t-elle indiqué.

Pour Mme Lomeya, la contribution des femmes à la recherche et à la consolidation de la paix, gage du développement est sans équivoque. « En ce jour qui célèbre les efforts de la Femme Africaine en général et de la congolaise en particulier, je les exhorte à poursuivre le combat parce que le développement de notre pays se fera avec elles. Chers compatriotes, chaque année, la journée internationale de la femme Africaine est célébrée sous un thème particulier et celui de cette année  est : « Unité de la diversité, lutte contre le racisme et la covid-19, vers l’autonomisation des femmes ».

Réalités actuelles

Il est à noter que ce thème se réalise en conformité avec les réalités actuelles que traverse le monde et particulièrement notre pays par la pandémie de la COVID19, qui a causé des milliers de perte en vies humaines et bousculé l’économie mondiale », a souligné la Ministre d’Etat.

Elle a souligné que pour limiter la propagation rapide de ce fléau, Béatrice Lomeya rappelle que le président de la République Félix Tshisekedi Tshilombo a en date du 23 mars dernier, déclaré l’État d’urgence qui vient à peine d’être levé et a imposé des mesures barrières de prévention et de protection des populations que tous sont appelés à respecter, car le danger de voir un grand nombre de la population contaminé dans un temps record reste permanent. « Les impacts et les implications de la Covid-19 sont différents pour les hommes et les femmes, et, dans l’urgence sanitaire de cette pandémie, à l’instar de celle d’Ebola, un certain nombre d’impacts  sexospecifiques ont émergé. Il s’agit notamment de la perte du pouvoir économique pour les femmes et l’accroissement des VBG.

Dans la réponse au Coronavirus, on ne peut négliger les contributions, combien essentielles, apportées par les femmes à tous les niveaux, y compris en tant qu’intervenant de première ligne. De  nombreuses femmes sont rangées en ordre de bataille, en leur qualité de professionnels de santé, femmes bénévoles et mobilisatrices communautaires, femmes gestionnaires des transports et de la logistique, Femmes scientifiques, médecins, développeurs de vaccins, aident familiales et plus encore. Restons donc mobilisés pour combattre cette pandémie et protégeons nos familles », a-t-elle conclu. ACP/Fng/nig