Nord Kivu : les Mai Mai qui se rendent sont bien traités, selon  les Fardc

0
629

Beni, 31 juillet 2020 (ACP).- Les Forces armés de la République démocratique du Congo ont rejeté en bloc toutes les allégations portées contre elles autour des tortures infligées aux Mai Mai qui se sont rendus et regroupés dans  des  casernes en attendant leur orientation vers les centres de formation.

Tous  les Mai Mai qui ont quitté la brousse pour repondre à l’appel du commandant suprême  sont bien encadrés et n’attendent  que leur orientation vers le centre de formation, selon le porte-parole des  opérations Sokola1, le lieutenant Antony Mwaluchay,  qui appelle  quiconque détenant des preuves  sur ces tortures  de  les brandir pour que leurs auteurs  soient punis conformément à la loi.

 Par ailleurs, Antony Mwaluchay invitent d’autres Mai Mai qui hésitent encore de se rendre à écouter la voix de la raison  pour quitter leurs maquis et à la population de ne pas  céder aux  sollicitations de ceux qui jouent le jeux de l’ennemi dans le seul but d’entraver le bon déroulement du  processus de désarmement, de démobilisation et de réinsertion  des groupes armés dans la région de Beni et dans l’ensemble  de la province du Nord Kivu.

Rencontre avec les notables la zone Est de Mavivi

Beni le 31 juillet 2020(acp). Les  responsables du 311 ème bataillon FARDC   basé à Beni se sont réunis jeudi avec les notables de Mavivi  pour  tracer et chronométrer un plan des activités à  mener  dans la zone Est de cette partie   du  territoire de Beni où des bruits des bottes se font toujours entendre.

Selon Makofi Bukuka chef coutumier et animateur communautaire de Mavivi, il a été constaté que les agriculteurs se rendent aux champs situé en profondeur de la foret  avec beaucoup de biens susceptibles d’attirer l’attention de l’ennemi.

A cet effet,  le commandant du 311 ème bataillon FARDC  a interdit à la  population civile qui aménage des champs dans la profondeur, de plus s’y rendre  avec de grande quantité des vivres  notamment de la  farine, du sel, des  haricots, du savon et des bâches pour éviter   toute  confusion avec   ses éléments qui opèrent  dans la zone, avant de  chronométrer  les heures des activités champêtres  qui comment à  8 heures  pour prendre fin  16 heures. Apres ces heures, aucun  cultivateur ne peut rester   en  brousse de peur  d’être traité comme  ennemi. ACP/Fng/nig