Commémoration le 1er août à Kinshasa de la fête des morts et des parents

0
75

Kinshasa, 02 août 2020 (ACP).- Des milliers des congolais, particulièrement des kinois, se sont rendus, samedi, dans les différents cimetières de la capitale pour se recueillir devant les tombes de leurs proches décédés, à l’occasion de la fête des morts et des parents, célébrée le 1er août de chaque année.

Toutes ces personnes qui ont fait le déplacement des cimetières sont allées d’une part saluer la mémoire des êtres chers disparus et d’autre part faire découvrir ces tombes aux proches qui ne les connaissaient pas.

On a noté également l’apparition des marchés de circonstances notamment la présence remarquable des vendeurs occasionnels des gerbes de fleurs, des boissons diverses dont la boisson traditionnelle vin de palme «Masanga Mbila», des bouteilles d’eau et du matériel d’entretien en location pour le nettoyage des tombes…

Au cimetière de Gombe, certains visiteurs ont recommandé que celui-ci soit réaménagé et transformé en un site touristique du fait non seulement de son emplacement géographique, en plein centre ville, mais aussi à cause de la présence sur le site des tombes de nombreuses personnalités politiques, militaires et musicales ayant marqué l’histoire du pays.

A Kintambo par contre, le constat était désolant. En effet, la majorité des tombes se trouvent dans un état de délabrement très avancé. On trouve également des constructions anarchiques tout autour de ce site pourtant désaffecté par l’autorité urbaine.

Devant cette situation, certains cimentière sont transformé en lieu d’habitation c’est le cas des cimentières de Kimbanseke, de Mitendi, de Kintambo… rendant souvent certaines familles dans l’impossibilité de retrouver les tombes de leurs membres décédés.

Nécessité de réfection des sites mortuaires

En outre, la plupart des visiteurs dans différents lieux de sépultures ont  évoqué la nécessité pour l’autorité urbaine de réfectionner quelques cimetières de la capitale qui sont soit en état de délabrement avancé, soit butés à une situation d’insécurité due à la méconduite des populations environnantes.

Il s’agit des cimetières de Mbenseke actuellement menacé de disparition à cause de la présence des têtes d’érosions, celui de Kintambo qui, devenu saturé et délabré, fait l’objet de spoliation à ses alentours et de Kinkole ou les services commis à l’entretien de ces lieux n’existent plus.

Les gestes barrières respectés

Quelques gestes barrières édictés par les autorités  sanitaires  pour lutter contre la pandémie de la COVID-19, ont été curieusement respectés à l’entrée des cimetières, notamment le port obligatoire de masque par les visiteurs et le lavage des mains pour le reste c’est-à-dire la distanciation et autres la situation est restée la même comme partout sur la ville.

Des pleurs et des déchirements retentissaient dans tous les coins des cimentières lancés par les membres des familles qui se souviennent de leurs proche déjà passés de l’autre coté…bref une ambiance de deuil-bis. ACP/CL/Fmb