Haut-Katanga : la criminalité de l’élite au centre d’un atelier à Lubumbashi

0
799

Lubumbashi, 03 Août 2020(ACP).- La criminalité de l’élite ou le crime à col blanc, a été au centre d’un atelier de formation organisé le week-end à Lubumbashi par le réseau anticorruption de l’ONG RCN Justice et Démocratie au profit de ses membres.

Cet atelier avait pour objectif de permettre aux participants de bien cerner les enjeux de la répression de l’élite politique et économique pour fait de corruption et de comprendre aussi les facteurs conduisant à l’impunité sociale et juridique, afin de mieux orienter les actions du réseau face à cette forme de délinquance, et de lutter contre le découragement.

 

Dans son exposé,  Pr Gabin Badi, membre du réseau anticorruption, a révélé que le crime à col blanc a des paradoxes, notamment l’inexistence des poursuites judiciaires, la normalisation par la population de la basse classe sociale de la corruption de l’élite.

 

Il a défini l’élite comme un groupe minoritaire de personnes ayant dans une société une place éminente due à certaines qualités valorisées socialement. Le Pr Gabin Badi, a ajouté que la comparution de l’élite entraîne d’un côté un processus de dégradation de l’image de celui qui en est auteur, ou d’un autre, un processus de restauration, lorsque sa condamnation s’accompagne d’une forte désapprobation sociale.

Face à l’impunité juridique de l’élite politique et économique pour fait de corruption, l’orateur a invité les membres du réseau anticorruption de Lubumbashi à influencer les autres à résister et à sanctionner négativement le corrompu, à savoir, lui priver de sa voix lors des élections.

Auparavant, le président du réseau, Me Tom Moma Tambwe, a creusé l’évolution contextuelle et conceptuelle de la corruption.  Il a fait savoir que tous les pays du monde souffrent de la corruption, bien qu’à des degrés différents. 

 

Il a précisé que la première réforme juridique de la lutte contre la corruption en RDC, a eu lieu en 2006, car la loi a connu un élargissement et que le concept corruption a touché tous les domaines, allant des entreprises publiques et privées, aux douanes et l’administration. La corruption est sanctionnée par des lois spécifiques, a souligné l’orateur, avant de préciser que onze types de corruption sont définis par les lois, et sont tous sanctionnés pénalement.

Les membres du réseau anticorruption de Lubumbashi se sont déclarés satisfaits des connaissances acquises sur le crime à col blanc, car la majorité des membres ont été à leur première découverte de la compréhension réelle de la criminalité de l’élite. ACP/FNG/ODM/May