USA : près de 50  grandes villes enregistrent une forte augmentation de cas d’homicide

0
662

Kinshasa, 03 Août 2020(ACP).- Les homicides ont augmenté de 24% cette année dans les 50 plus grandes villes des Etats-Unis, sur fond de pandémie de nouveau coronavirus, de crise économique et de troubles à l’échelle nationale dus à l’injustice raciale et aux violences policières, selon les dernières données compilées par le quotidien The Wall Street Journal (WSJ), cité lundi par les médias internationaux.

Les sources rapportent qu’une analyse des statistiques criminelles de ce journal a montré qu’il y a eu un total de 3.612 homicides jusqu’à présent cette année dans les 50 plus grandes villes américaines.

Au total, 36 des 50 villes étudiées ont vu les homicides augmenter à un taux à deux chiffres, représentant toutes les régions du pays, a indiqué le Wall Street Journal dimanche.

Les fusillades et la violence armée ont également augmenté, tandis que de nombreux autres crimes violents tels que les vols ont diminué, selon la même source, ajoutant que le taux d’homicide est encore faible par rapport aux décennies précédentes.

De nombreux services de police à travers le pays signalent une augmentation de la violence des gangs, dans laquelle des groupes antagonistes principalement constitués de jeunes délinquants se battent pour le contrôle des quartiers, piégeant autant de rivaux que d’innocents dans le processus, d’après l’article du WSJ.

Bien que de nombreuses grandes villes américaines soient dirigées par des démocrates, l’augmentation des meurtres est un problème bipartisan, a souligné le quotidien.

Les homicides connaissent une croissance à deux chiffres dans la plupart des grandes villes dirigées par les républicains, y compris Miami, San Diego, Tulsa et Jacksonville, ainsi que dans celles dirigées par les démocrates et des indépendants, à savoir San Antonio et Las Vegas dans le cas de ces derniers, a observé le WSJ.

Selon le même article, la police affirme que les pics d’homicides frappent particulièrement durement les communautés à faible revenu, principalement noires et hispaniques, tandis que certains chercheurs pensent que la tendance à la hausse de ces meurtres pourrait être la preuve d’un effritement de l’ordre social.

« Tout ce que la société accomplit dans le façonnement de la sécurité publique a été mis sens dessus dessous pendant la pandémie« , a déclaré Jens Ludwig, professeur à l’université de Chicago et directeur du laboratoire de police scientifique de cette dernière, cité par le quotidien. ACP/FNG/ODM/May