Lancement d’un nouveau  numéro vert  pour la lutte contre les VSBG

0
312

Kinshasa, 05 août 2020 (ACP).- La ministre d’Etat, ministre du genre, famille et enfant, Béatrice Lomeya a lancé lundi à Kinshasa, le nouveau numéro vert, le «122», mis en place exclusivement pour des appels téléphoniques des femmes et filles victimes des violences sexuelles basées sur le genre (VBG) en République Démocratique du Congo (RDC).

La conseillère spéciale du chef de l’État en charge de la lutte contre les VSBG, Chantal Yelop Mulop a indiqué que le call center de cette ligne verte est une preuve par excellence de la ferme volonté du président Félix Tshisekedi de lutter contre les actes de violences dans toutes ses formes. «Le call center est d’une extrême importance dans la lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre, car il offre une opportunité de dénonciation et une assistance aux victimes des actes de violence en organisant des services de gestion des cas», a déclaré la conseillère spéciale du chef de l’État en charge de la lutte contre les VSBG.

Ce call center a pour missions de faciliter l’accès des victimes à une prise en charge psychologique et judiciaire à distance et à une orientation vers les structures sanitaires de référence.

Remerciement au BCNUDH et au UNFPA

 Elle a, par ailleurs, remercié le Bureau Conjoint des Nations-Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH) et le Fonds des Nations-Unies pour la Population (UNFPA) qui, d’après elles, ont appuyé le fonctionnement de cette ligne verte en vue de continuer à assurer les services de prévention et de réponse aux VSBG.

Le représentant-pays de l’UNFPA, Dr. Sennen Hounton a pour sa part, rappelé que son organisation appuie le gouvernement pour que les droits de la santé sexuelle et procréative des femmes et filles soient garantis à tout prix et que les services soient maintenus. «Les programmes de l’UNFPA se focalisent également sur la prévention et l’atténuation des risques pour les femmes et les filles et sur la satisfaction de leurs besoins particuliers. L’UNFPA a plusieurs années d’expérience dans le fonctionnement des lignes d’assistance», a-t-il renchérit soulignant que sa structure a soutenu la mise en place et l’opérationnalisation de la ligne 122 en collaboration avec le bureau de la représentante spéciale du chef de l’État pour la prévention de la violence basée sur le genre dans les conflits.

Il sied de rappeler que la RDC compte 26.908 cas des violences basées sur le genre enregistrés de janvier à juin 2020 ; Ce qui constitue une augmentation de 57% au premier semestre de cette année par rapport à 2019, selon les statistiques de l’UNFPA. Avec la réactivation de la ligne verte 122, les femmes et filles congolaises ont désormais la possibilité de dénoncer toutes les violences qu’elles subissent en vue d’une assistance, a conclu le représentant pays de l’UNFPA. ACP/