Le manque de formation des OPJ décrié par la CNDH/Kasaï Oriental

0
682

Mbuji-Mayi, 05 août 2020(ACP).-  La coordination provinciale de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) du Kasaï-Oriental, lie le taux élevé des cas des arrestations arbitraires dans les cachots installés dans les cinq communes de la ville de Mbujimayi, au manque de maîtrise des lois et procédures en matière dans les rangs des Officiers de police judiciaire (OPJ), selon un rapport de monitoring consulté par l’ACP.

A l’en croire, plusieurs OPJ ont été recrutés sans respect de critères et sans aucune formation adéquate sur certaines matières judiciaires élémentaires. La CNDH lie également cette situation au silence coupable affiché par les victimes détenues en marge des procédures légales.

Cette institution d’appui à la démocratie lance un appel aux personnes concernées par des cas d’arrestation arbitraire et de violation des droits de l’homme, de les dénoncer auprès de son office en vue d’un plaidoyer et des enquêtes pour des sanctions exemplaires à l’endroit de leurs auteurs.

Pour elle, ces derniers qui ont un pouvoir réduit en compétence judiciaire, doivent transférer dans le délai des dossiers au procureur de la République qui reste le seul maître d’action en matière de détention. ACP/ZNG/KJI