La majorité des quotidiens parus jeudi à Kinshasa focalisent leur actualité sur l’économie et l’affaire de Vital Kamhere en appel

0
1305

Agence Congolaise de Presse (ACP) ouvre son bulletin quotidien sur l’exhortation du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, appelant la population au civisme fiscal et douanier pour améliorer les recettes de l’Etat. Au cours de la réunion du comité de Conjoncture économique, les membres de ce comité ont salué les efforts du gouvernement central notamment dans la stabilisation du taux de change.

 Forum des As se demande que cache l’absence de Mabunda, Thambwe et Ilunga lors de la prestation de serment des hauts magistrats. Pour le confrère, D’ores et déjà, des observateurs jugent que ces Hauts juges entament leur mandat sur fond de tension entre les deux pôles de l’Exécutif, à savoir le Président de la république et le Gouvernement.

Les cameramen présents à la cérémonie solennelle de prestation de serment des hauts magistrats, mardi dernier au Palais de la Nation, ont cherché en vain, à avoir dans leurs plans de coupe, les images des présidents des deux chambres du Parlement et du Premier ministre. Car, ces trois chefs de corps ont tous été absents de cette solennité.

Cependant, dans l’opinion, cette absence de Jeanine Mabunda, d’Alexis Thambwe Mwamba et de Sylvestre Ilunga Ilunkamba, suscite des questions sans réponse dans l’opinion.

S’il est archi connu de tous que si le speaker de l’Assemblée nationale et son collègue du Sénat sont en vacances parlementaires, des observateurs s’interrogent sur l’absence très remarquée du Premier ministre, Chef du Gouvernement. S’agissant de Jeanine Mabunda, l’un de ses conseillers, contacté  par Forum des As, renseigne que cette dernière a été empêchée pour raison de deuil.

Quant à Alexis Thambwe Mwamba, son cabinet atteste également qu’il avait pris son avion le lundi soir pour Bruxelles, après avoir raté le vol le dimanche. D’où, la raison de son absence de cette cérémonie de prestation de hauts magistrats, présidée par le Chef de l’Etat.

Cependant, quand ils abordent le cas du Premier ministre, dont les bureaux jouxtent le Palais de la Nation, les mêmes observateurs disent avoir du mal à digérer l’absence de ce dernier à ladite manifestation. D’où, la spéculation. Dans leur agiotage, ont vite fouiné dans l’histoire récente, espérant y trouver les raisons de l’absence du Chef du Gouvernement à la solennité de prestation de serment des Hauts magistrats. Pour ces observateurs, la pilule ordonnance n’est pas encore passée. Bien au contraire.

Le journal de la 11ème rue/Limete q denouveau fait parler un haut responsable de la Banque centrale qui a réagi aux craintes de l’opinion sur une éventuelle dépréciation de franc congolais. Selon Jean- Louis Kayembe : «Nous sommes dans un régime de change flottant ». Toutefois, la BCC a vendu 25 millions $USD aux banques commerciales et stérilisé 47 milliards de CDF mercredi.

La Banque centrale du Congo (BCC), a vendu 25 millions de dollars américains  mercredi 5 août aux Banques commerciales, en vue de permettre à celles-ci de répondre à leurs besoins en devises des importateurs. Selon Jean-Louis Kayembe, directeur général en charge de la politique monétaire et des opérations interbancaires de la BCC qui a donné cette information à Forum des As, cette vente a été effectuée au taux de 1.890fc le dollar américain.

Par ailleurs, cette bouche autorisée de l’Institut d’émission, explique que cette opération a permis à la Banque centrale du Congo de ponctionner et stériliser 47 milliards de CDF. Cette action s’inscrit dans le cadre des stratégies mises en place par le BCC, pour stabiliser le franc congolais sur le marché de change.

S’agissant justement du taux de change, Jean-Louis Kayembe renseigne que la journée de mercredi s’est clôturée avec un taux indicatif de 1.967,82 fc, contre celui de la veille, chiffré à 1.972, 01 fc. Il se dégage ainsi, une appréciation de 0,21% de la monnaie nationale face au « roi » dollar américain.

La Prospérité ouvre sa «Une» par l’affaire Vital Kamhere, mettant l’accent sur l’ouverture de son procès au niveau de la Cour d’Appel. ‘Vital Kamhere affrontera de nouveau les juges ce vendredi 7 août 2020, rappelant que le procès du directeur de cabinet du chef de l’Etat, avait été ajourné pour des raisons de procédure.

Après plusieurs tentatives en appel pour obtenir la liberté provisoire, écrit le journal, la Cour de Cassation, à son tour, n’a pas accédé à la requête introduite le 3 août par le collectif des avocats de Vital Kamhere sur la demande de sa mise en liberté provisoire. Le quotidien souligne que son parti politique, l’Union pour la nation  congolaise (UNC), sera dans la rue ce même vendredi en vue d’exercer une pression pour sa libération.

Au sujet de la stabilisation du taux de change, la consœur note que le Gouvernement a mis le cap sur la rationalisation de la dépense publique.