Une formation de la jeune fille sur des questions transversales au développement de la femme

0
101

Kinshasa, 06 Août 2020 (ACP).- Mme jeanne Bobela, formatrice de l’Association «Toutes à l’école» dans la commune de Kimbanseke, a organisé jeudi dans l’enceinte de sa structure une formation sur des questions transversales au développement. Cette activité a  réuni  15 femmes et 10 jeunes filles de sa structure et avait comme sujet «On nait fille mais on devient femme en s’y préparant».

Selon Mme Bobela, la femme doit être préparée avant de le devenir, il faudrait pour ce faire qu’elle fréquente  l’école. Sur ce, selon elle, la scolarisation des filles est l’un des grands enjeux pour ce millénaire. Pour preuve, dans les pays où l’éducation des femmes progresse, la mortalité infantile et la surnatalité baissent, la propagation des pandémies est mieux maitrisée.

Elle a ensuite ajouté qu’une femme instruite peut à son tour éduquer ses enfants et enfin, le niveau d’instruction des filles est l’un des signes du degré de liberté et de démocratie d’un pays. C’est pour ces multiples raisons que l’association « toutes à l’école » a choisi de développer une scolarisation de haut niveau pour les petites filles défavorisées afin de les aider à devenir des femmes libres et des mères instruites.

 Les femmes éduquées sont un atout pour la société dans laquelle elles évoluent

Pour Me Charline Mampasi, conseillère de cette structure, si toutes les femmes des pays en développement apprenaient à lire et à écrire en ayant avaient la possibilité de faire des études et d’exercer un métier tout en connaissant leurs droits, le développement social, économique et politique de leur pays serait de ce fait accéléré.

La femme instruite contribue de manière significative à l’amélioration de la santé, de la nutrition et de l’éducation de ses enfants, son ouverture au monde l’aide à lutter contre les discriminations dont les femmes sont souvent victimes comme le mariage forcé, les grossesses précoces, le travail infantile et la déscolarisation.

L’accès à une éducation de qualité, leur permettra de transmettre ensuite le bénéfice de cette éducation aux futures générations.

Pour se soustraire aux contraintes imposées parfois par la société dans laquelle les femmes évoluent, accéder à l’égalité des sexes et devenir des agents du changement, l’éducation reste un facteur indispensable a- t-elle conclu. ACP/ODM/Awa/MNI