Yves Diba envisage de traduire en justice le propriétaire de « Ultras Football Academy » pour abus de confiance

0
232

Kinshasa, 06 août 2020 (ACP).- L’ancien international congolais, Yves Diba Ilunga, propriétaire de l’académie de football du même nom, envisage de traduire en justice, pour abus de confiance, le responsable du Centre Ultras Football Academy, pour avoir interdit toute activité sans préavis.

Yves Diba Ilunga, qui l’a annoncé jeudi à l’ACP, a indiqué que les joueurs qu’il encadre n’ont pas pu s’entraîner et sont frappés d’interdiction de toute activité sans préavis et sans aucune raison valable. Sa fondation et son académie, qui s’occupe de l’encadrement de plus d’une centaine des joueurs, loue le Centre Ultras Football Academy, situé sur l’avenue de la Science, dans la commue de la Gombe, à Kinshasa. Ce centre appartient à un certain Ali, un sujet libanais non autrement identifié. Pour l’ancien international congolais, les pensionnaires de l’Académie de football Yves Diba y ont élu domicile et y sont encadrés depuis plus d’une année sans aucun problème. «Nous sommes locataire au centre Ultras Football Academy depuis plus d’un an. Et d’ailleurs, c’est nous qui l’avons inauguré et qui avons même fait sa promotion du fait d’être les premiers occupants.  Nous sommes en ordre de paiement des 100 dollars américains exigés chaque jour par heure d’entrainement. Faites-en les calculs pour savoir combien cela nous coûte. Fort malheureusement, sans aviser personne et sans aucune raison, ce bailleur s’est amené de façon intempestive à nous interdire de nous entrainer ici.»

Pour Diba, son grand souci est l’avenir de toute cette jeunesse qu’il a entre les mains. « Ce matin, il y a eu près 155 joueurs, qui devaient s’entraîner ici. Ils  évoluent, pour la plupart, dans les équipes sociétaires de la LINAFOOT (Ligue nationale de football) et si pas des Ententes provinciale et urbaines de football de Kinshasa. A la demande de certains dirigeants, les  meilleurs seront recrutés selon les besoins exprimés. Nous empêcher de nous entraîner ici, c’est une façon d’hypothéquer l’avenir même  de ces  jeunes Congolais », s’est-il exclamé en ajoutant : « Le fait de nous interdire de nous entraîner ici nous paraît incompréhensible. Cela, dans la mesure où, au même moment, Ali, qui s’est éclipsé pour nous éviter après sa décision, a permis à d’autres équipes d’exercer les mêmes activités qui nous sont interdites. Sa position cache l’anguille sous la rocheACP/ODM/Awa/MNI