Explosions à Beyrouth: 16 fonctionnaires du port mis en détention

0
477

Kinshasa, 07 Août 2020(ACP).- Plusieurs personnes ont été arrêtées à Beyrouth après l’explosion qui a fait au moins 149 morts et 5 000 blessés. Toutes sont en lien avec le port de la capitale libanaise, ont annoncé vendredi les médias étrangers, précisant que l’enquête sur l’accident avance.

Beaucoup de Libanais attribuent cette explosion au laxisme de la classe politique et à sa mauvaise gestion du port et des matières qui y étaient stockées, comme ces milliers de tonnes de nitrate d’ammonium qui ont explosé, indiquent les sources.

Seize fonctionnaires du port de Beyrouth et des autorités douanières ont été placés en détention, sans que l’on sache la date exacte de leur arrestation, rapporte notre envoyé spécial Pierre Olivier. Il s’agit de responsables portuaires et de certains chefs de chantiers qui avaient effectué des travaux dans le hangar numéro 12, celui qui a explosé.

Ces arrestations sont un signal fort envoyé au peuple libanais qui attend, bien sûr, que des comptes soient rendus et que les responsables de cette catastrophe soient identifiés et jugés. Tous espèrent que cette fois-ci la classe politique n’enterrera pas l’affaire. Et nombreux sont les Libanais à espérer que cette nouvelle crise fera prendre conscience de l’urgence à réformer les institutions politiques du pays, jugées corrompues et incompétentes.

En visite à Beyrouth, le président français Emmanuel Macron a réclamé jeudi une enquête internationale sur ce drame et appelé à un « profond changement » de la part des dirigeants libanais, accusés d’incompétence et de corruption par une population en colère.

Cette enquête internationale demandée par le chef de l’État passera sans doute par Chypre. La police de ce pays a indiqué jeudi avoir interrogé un Russe nommé Igor Gretchouchkine, après la publication d’informations liant cet individu au bateau qui avait transporté les 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium dont l’explosion a dévasté Beyrouth.

Le Liban continue à recevoir des dons et du soutien de l’étranger

Par ailleurs, le Liban a continué jeudi à recevoir des dons et du soutien de l’étranger via l’aéroport de Beyrouth, à la suite des deux fortes explosions qui ont secoué la ville deux jours plus tôt, a rapporté l’Agence nationale de presse, citée vendredi par les mêmes sources.

L’Italie et la Russie ont ainsi envoyé deux avions transportant du matériel médical, tandis que la Jordanie envoyait une équipe médicale et un hôpital de campagne.

Une équipe médicale tunisienne est également arrivée un peu plus tôt dans la journée avec divers équipements.

Un avion de la compagnie Polish Airlines est arrivé de Pologne avec des équipes de secours destinées à aider les équipes de la Croix-Rouge et de la Défense civile libanaises à retrouver les victimes sous les décombres.

L’équipe polonaise a amené des chiens spécialement dressés pour secourir les personnes disparues, afin d’essayer de retrouver des survivants dans le port de Beyrouth et dans d’autres quartiers.

La Turquie a quant à elle envoyé un avion transportant des médicaments, du matériel médical et des machines de pointe qui pourront être utilisées pour retrouver  des personnes disparues sous les décombres.

L’Ambassade du Koweït a pour sa part remis une aide humanitaire au Liban, notamment sous forme de matériel médical et de nourriture, après avoir fait venir la veille 35 tonnes de médicaments et de produits alimentaires à Beyrouth.

L’Allemagne a également envoyé un certain nombre de médecins sur place, ainsi qu’une équipe spécialisée qui aidera les équipes de la Défense civile libanaise dans leurs efforts de sauvetage.

L’Egypte a envoyé du matériel médical, et l’Iran a envoyé un hôpital de campagne et du matériel médical de première nécessité.

Un peu plus tard dans la journée, le Liban devrait également recevoir du Maroc huit avions transportant divers dons pour le pays, dont 295 tonnes de produits alimentaires de base, dix tonnes de médicaments, dix tonnes de matériel médical et onze tonnes de matériel sanitaire dédié à la lutte contre le COVID-19.

L’ambassadeur saoudien au Liban Walid al-Bukhari s’est quant à lui réuni jeudi avec un comité libanais spécialement chargé de recevoir l’aide humanitaire du royaume d’Arabie saoudite.

L’armée libanaise a annoncé dans un communiqué publié un peu plus tôt dans la journée que les dons seraient redistribués entre divers hôpitaux, en coopération avec le ministère de la Santé. ACP/FNG/NIG/JFM/Thd