La rentrée scolaire et la dépréciation du FC occupent encore la «Une» de l’actualité de la majorité des journaux parus mardi, 11 août 2020 dans la capitale

0
1118

Agence Congolaise de Presse (ACP).- revient sur le coup d’envoi de la reprise des activités scolaires en RDC donné lundi par le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, à l’Institut de la Gombe, à Kinshasa, après 4 mois de suspension des cours consécutive à l’état d’urgence sanitaire qu’il avait décrété le 24 mars 2020.

«On a privilégié les classes terminales…tout se passera bien, nous allons y veiller. Ce que nous vous demandons, c’est de faire attention avec la maladie de coronavirus…Que Dieu vous bénisse, attachez-vous à lui et vous verrez que tout va aller…». Ce sont les mots du chef de l’Etat à l’endroit des élèves repris par le média officiel qui ajoute que cette cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités dans le respect strict des gestes barrières pour contrer la propagation de la Covid-19.

Après l’Institut de la Gombe, le chef de l’Etat s’est rendu à l’Université de Kinshasa (Unikin) ou il a réitéré à l’endroit des étudiants congolais, sa détermination à améliorer les conditions de ces derniers, précise le média public.

Forum des As ouvre sur un coup fourré contre Shadary, ancien Vice-Premier ministre à l’Intérieur et secrétaire Permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) dans l’affaire de triste mémoire de Kamwina Nsapu. D’extincteur archiconnu de l’incendie Kamwina Nsapu, voilà l’ex-VPM en charge de l’Intérieur dépeint en pyromane ».

Selon le quotidien,  début août 2020, comme un cheveu dans la soupe, une plainte contre l’extincteur de l’incendie « Kamwina Nsapu  » tombe. Un vrai défi à la vérité historique. Une cabale contre cette figure emblématique de la kabilie ? Un coup fourré pour conditionner l’opinion par rapport à la suite? Une arme judiciaire de destruction massive ? Pas de doute pour un analyste basé à Kananga, capitale du pays lulua.

Pour ce dernier, à travers Shadary, c’est le PPRD et le FCC qui sont visés. A la manœuvre de ce qui ressemble bien à un début de croisade contre tous ceux qui dérangent  » l’écosystème clé en mains » que certains tiennent à tout prix à implanter sur la terre rd congolaise, une chancellerie dénonce l’auteur de l’analyse.

Le quotidien de la 11ème Rue/Limete planche également sur les cinq mesures phares pour augmenter les réserves de change et enrayer la dépréciation du Franc congolais proposées par le 1er vice-Président du Sénat, Samy Badibanga.

Il s’agit notamment de mesures ci-après :

1) S’assurer du rapatriement rigoureux de 60% des devises produites par l’économie congolaise en publiant chaque mois la valeur des exportations réalisées, les opérateurs qui les ont réalisées, le pourcentage de rapatriement réalisé et ce qui reste à réaliser,

2) Redéfinir une quotité (20%) des devises sur les 60% rapatriés qui doit obligatoirement être cédée à la Banque centrale du Congo. 60% des 78,2 milliards de USD exporté de 2014 à 2019 équivaut à 46,92 milliards de USD et si 20% de ce montant avaient été cédés à la BCC, celle-ci n’aurait pas seulement réalisé des revenus de seigneuriage mais elle aurait en réserve de change 9,384 milliards de USD. Et si les 20% sont appliqués sur toutes les devises produites, la Banque centrale aurait prélevé 15,64 milliards de USD réserve de change, mieux des avoirs extérieurs.

3) Conseiller au Gouvernement d’élargir les secteurs qui doivent payer leurs impôts en devises. A part les miniers, il faudrait demander notamment aux pétroliers, aux banques sur liquides en devises et à bien d’autres secteurs de payer aussi leurs impôts en devises.

4) Augmenter sensiblement la quotité des dépenses de l’État à effectuer en devises.

5) Augmenter le taux de réserve obligatoire des banques commerciales en devises.

Cette tribune épingle quelques mesures à court terme susceptibles de permettre la stabilité du franc congolais et l’accumulation des réserves de change avec d’importants revenus de seigneuriage pour la Banque centrale du Congo.

La Prospérité titre sur le face-à-face Félix Tshisekedi-Syndicats des enseignants à la Cité de l’Union Africaine (UA). D’après la consœur, quoique timide, la reprise des cours dans les classes et promotions terminales a bel et bien eu lieu lundi. C’est à cette occasion la coordinatrice des syndicats des enseignants, Cécile Tshiyombo a pu obtenir du chef de l’Etat ce rendez-vous de ce mardi en vue de plancher sur les « magouilles », selon les syndicats des enseignants, ayant élu domicile au Service de Contrôle et de Paie des Enseignants (SECOPE). ACP/