La musique africaine urbaine commémore une année de la disparition de DJ Arafat

0
696

Kinshasa, 12 août 2020 (ACP).-La musique africaine urbaine a commémoré, mercredi, une année depuis la disparition brutale de l’artiste musicien Ange Didier Houon alias « DJ Arafat » de suite d’un accident mortel, à bord de  sa moto, le 12 août 2019 à Abidjan, en Côte d’Ivoire.

Considéré comme un chanteur, compositeur, parolier, danseur-chorégraphe, producteur et arrangeur musical ivoirien Dj Arafat était également appelé le « Roi du coupé-décalé » du fait de son influence immense  sur la culture musicale ivoirienne avec son style  « Afrotrap, Trap décalé », rap et improvisations.

Séduit par son talent, de son vivant, l’artiste  a réalisé plusieurs featuring avec  les artistes musiciens de son pays la Côte d’Ivoire et étrangers notamment, A’salfo, Meiway, Fally Ipupa, Maître Gim’s, Dadju, Mokobe, Lorry Kante, Mohamed Lamine, etc., il laisse derrière lui une gibecière riche en nomination dans différents festivals participés.

Fils de l’arrangeur Pierre Houon et de la chanteuse Tina Glamour tous de nationalité ivoirienne, Dj Arafat est né le 26 janvier 1986, à Yopougon.

Ange Didier Houon a débuté sa carrière musicale en 2003 quand il travaillait dans l’un de maquis d’Abidjan appelé « Shanghai », avant d’être repéré par le jeune producteur Roland Lebinguiste qui l’amène en studio, où il sort une œuvre discographique qui  le rend populaire  grâce à son morceau « hommage à Jonathan ».

Ce n’est qu’a partir 2005, DJ Arafat sort ses albums intutilé successivement « Femme », en 2008 « Don de dieu » avec kpangor, en 2009 « Attalaku3, en2010 <Gladiator>, 2012 <Commandant Zabra> avec sa dance Kpankaka, en 2013 « Chebeler »,en 2016 « Yorogan », ainsi que  « Renaissance », en 2019 avant sa mort, rappelle-t-on.

Ange Didier Houon, alias « DJ Arafat », a été inhumé le 31 août 2019 au cimetière Williams ville à Abidjan, en Côte d’Ivoire. ACP/ZNG/KJI