La situation économique du pays et de certains produits de base retiennent l’actualité des quelques journaux parus mercredi à Kinshasa

0
359

Agence Congolaise de Presse (ACP) annonce à sa «Une» que la situation économique de la RDC se stabilise, se référant au comité de conjoncture économique qui a tenue une réunion mardi sous la direction du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Le média public cite le vice-Premier ministre, ministre du Budget, Jean Baudouin Mayo Mambeke qui a fait le compte-rendu, cette situation est la conséquence des efforts fournis par les institutions de la République et la population. «Il a été constaté au cours de cette réunion que la situation est en train de se stabiliser, les efforts fournis par l’ensemble des institutions et le peuple congolais ont produit des effets. Il faut poursuivre sur la même lancée. Et pour cela, nous appelons à la contribution et à la discipline de tout un chacun. Que celui qui doit payer un impôt ou taxe, le fasse et que celui qui requiert cet impôt ou taxe le reverse dans le compte du trésor public en même temps que nous autres qui avons la charge de gérer les trésors publics, que nous le fassions dans l’orthodoxie», a souligné le vice-Premier ministre repris par la presse officielle.

Forum des As de son côté planche sur la situation du carburant, soulignant que le Gouvernement et pétroliers envisagent une augmentation du prix à la pompe.
Le prix du carburant à la pompe sera bientôt revu à la hausse, en vue de se conformer au taux du jour, précise le quotidien. Cette option a été envisagée  lundi, au cours d’une réunion entre les experts du ministère des Finances et les opérateurs économiques œuvrant dans le secteur pétrolier.

Cette rencontre entre les représentants du Gouvernement et les commerçants devrait se tenir pour rassurer ces derniers sur la prise en compte de leurs revendications, signale-t-on». Surtout qu’il y a quelques jours, une grève des pétroliers avait été déclenchée dans la partie Sud du pays.

Selon le journal de la 11ème Rue/Limete, les revendications des pétroliers concernent la révision des paramètres intervenant dans la structure des prix du carburant à la pompe. Dans une déclaration faite à l’issue de cette réunion, le représentant des pétroliers a fourni quelques explications motivant la nécessité de revoir les prix des produits pétroliers à la hausse. Il s’agit notamment du taux de change qui s’effectue actuellement à 2.000 FC le dollar, alors que le prix du carburant est fixé au taux de 1.700 FC. « Ce qui ne cadre pas avec la réalité« , font savoir les pétroliers. ACP/Kayu