Vladimir Poutine présente le premier vaccin contre la Covid-19, « Spoutnik V » testé sur sa fille

0
431

Kinshasa, 12 août 2020 (ACP).- Un vaccin anti-Covid-19 a été développé par l’institut Gamaleïa, un centre de recherche d’État situé à Moscou, a annoncé mardi Vladimir Poutine. Baptisé « Spoutnik V » et qui a été inoculé à la fille du Président russe, , il est présenté comme le premier vaccin anti-Covid-19, ont indiqué mercredi des médias internationaux.

Selon ces sources, Vladimir Poutine a annoncé également que la Russie avait accordé une autorisation réglementaire à un produit baptisé « Spoutnik V »,  en référence au premier satellite artificiel de la Terre lancé par l’Union soviétique en 1957.

Développé par l’institut Gamaleïa – un centre de recherche d’État situé à Moscou qui travaille en collaboration avec le ministère de la Défense –, il fait l’objet d’essais, dits de « phase III », c’est-à-dire des tests sur des milliers de participants. « Ce matin, pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré », a dit Vladimir Poutine, ajoutant : « Je sais qu’il est assez efficace, qu’il donne une immunité durable. » Le président a même affirmé qu’une de ses filles s’était fait inoculer le vaccin.

« Elle a participé à l’expérience », a-t-il indiqué, précisant qu’elle avait eu un peu de température, et c’est tout ». Le ministère de la Santé a affirmé que la double inoculation « permettait de former une immunité longue, estimant qu’elle pouvait durer deux ans. « Le plus important, bien sûr, est que nous puissions assurer à l’avenir une sécurité inconditionnelle quant au recours à ce vaccin et quant à son efficacité », a encore dit le président Poutine, « j’espère que ce sera le cas ».  Pour sa part, le ministre russe de la Santé, Mikhaïl Mourachko a indiqué que « des essais cliniques sur plusieurs milliers de personnes allaient
continuer ».

Ce vaccin sera mis en circulation le 1er janvier 2021, selon le registre national des médicaments du ministère de la Santé, consulté par les agences de presse russes. Par ailleurs, un porte-parole de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a précisé que l’organisation onusienne basée à Genève discutait avec les autorités russes de la procédure en vue d’une éventuelle « préqualification » du vaccin russe.

Lorsque l’OMS « pré qualifie » un produit de santé, cela signifie qu’il satisfait aux normes de qualité, d’innocuité et d’efficacité qu’elle a définies.  La Russie avait assuré ces dernières semaines la production prochaine de milliers de doses de vaccins contre le nouveau coronavirus et « plusieurs millions » dès le début de l’année prochaine.

L’OMS avait réagi en plaidant pour le respect des protocoles et réglementations en vigueur dans le développement d’un vaccin anti-Covid-19. La Russie travaille depuis des mois, comme de nombreux autres pays dans le monde, sur plusieurs projets de vaccins contre le Covid-19. ACP/ZNG/KJI