Kasaï-Oriental : exode massif des populations de la cité diamantifère  de Boya pour cause de  pauvreté

0
954

Miabi, 13 août 2020 (ACP).- La cité diamantifère de Boya, située  à 45 Km de la ville de Mbuji-Mayi, dans le groupement de Bena- Tshimungu, secteur de Kakangayi en territoire de Miabi, a connu un exode massif de ses habitants à cause notamment de la pauvreté prononcée, engendrée par des difficultés dans l’exploitation artisanale de diamant, ont déploré certaines organisations des droits humains basées dans cette partie de la province.

Ce mouvement est de plus en plus constaté dans le chef des populations non originaires ayant choisi de vivre dans cette cité où elles s’adonnaient principalement à l’exploitation du diamant, et très peu aux travaux champêtres.

Ce phénomène de société commence par la vente des tôles des résidences et d’autres effets pour se trouver des moyens qui serviraient à s’installer dans la ville de Mbuji-Mayi.

Une autre raison évoquée par les activistes des droits de l’homme à la base de cette dénonciation est l’antipathie manifestée par quelques habitants originaires du coin, qui cherchent à s’approprier tous les puits d’exploitation artisanale de diamant, sous prétexte de droit de terre.

Réagissant à la deuxième cause de l’exode, le chef de groupement, Didier  Tshilewu Mbuyi Monji, rejette ces allégations tout en prouvant la bonne foi de ses notables et des présidents des mines artisanales. Pour lui, la production  artisanale a sensiblement baissé en attendant la saison de pluie où les activités semblent être rentables.

Il met néanmoins en garde ceux des compatriotes qui ont choisi de quitter son entité, à ne pas détruire méchamment les maisons sous peine d’être poursuivis et déférés devant la justice.

Didier Tshilewu demande à ses administrés de s’adonner aux travaux champêtres pour pallier à cette crise du diamant et contribuer ainsi à la lutte contre l’insécurité alimentaire.

ACP/ODM/Fmb/NKV