L’arbitre Egyptien Yasser Abdel déclare avoir refusé une corruption de Moïse Katumbi en 2011

0
738

Kinshasa, 13 août 2020  (ACP).- L’ancien arbitre Egyptien, Yasser Abdel Raouf, a déclaré mardi, avoir refusé une corruption du président du Tout-Puissant Mazembe Englebert, Moïse Katumbi, Chapwe, lors d’un match des 16èmes de finales de la Ligue de champions de Confédération africaine de football (CAF), opposant Mazembe à Simba SC de la Tanzanie, dans Al-Nahar TV, une chaîne locale, rapporté AfricanFootbalHQ.

Yasser Abdel Raouf affirme avoir été reçu par Katumbi dans son bureau la veille de ce match, et que le Charman lui avait tendu une enveloppe en contrepartie d’une victoire sur terrain : «nous nous sommes assis avec le président du club Mazembe dans son bureau. Il nous a offert un pot-de-vin à la hauteur de 10.000 dollars américains sous prétexte que tous les arbitres prennent ces cadeaux, mais on a refusé de les recevoir. Il a demandé si nous voulions de l’argent supplémentaire, et nous avons refusé complètement», révèle l’arbitre Egyptien, 8 ans après.

Yasser Abdel Raouf précise que lui et ses compagnons avaient catégoriquement refusé ce pot-de-vin, qui du reste, leur a valu des menaces de mort.

Curieusement sur terrain, Mazembe battra Simba 3-1, le 20 mars 2011, au stade TP Mazembe. A la mi-temps, le score était de 2-0, buts de Patou Kabangu Muluta et du Camerounais Narcisse Amian Ekanga, avant qu’Alain Kaliyutuka Dioko n’alourdisse le score à 3-0, aux retours des vestiaires. Les Tanzaniens n’avaient réduit le score que sur pénalty consécutif à une sortie du gardien Kidiaba que Yasser Abdel Raouf avait jugé une faute. Dans ce match faut-il rappeler, Mazembe avait même marqué un quatrième but valable par Narcisse Amian Ekanga que l’Egyptien avait refusé sans aucune autre forme de procès.

Au match retour, deux semaines après, soit le 3 avril 2011, à Dar-es-Salaam, cette fois-là, officié par l’arbitre Sud-africain Eddy Mayer,  Mazembe avait de nouveau remporté par 2-3. Score cumulé 6-3.

Voici 8 ans après, Yasser Abdel Raouf porte des révélations troublantes, qui pourraient aller jusqu’à discréditer la personne de Moïse Katumbi, président du TP Mazembe. ACP/ODM/Fmb/NKV