L’ONGD « MAE » répond  à la vengeance du sol au sous-sol en RDC

0
494

Kinshasa, 15 août 2020 (ACP).- Le coordonnateur de l’ONGD Maison de l’agriculture et de l’environnement (MAE), Samy Moyo  a indiqué samedi que son organisation  a répondu  à l’appel du Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi, celui de faire la vengeance du sol au sous-sol en RDC, au terme  d’une  séance  de formation des jeunes tenue dans la salle de réunion du  secrétariat du ministère de la Jeunesse.

M. Samy a signifié que dans le souci de mettre en pratique le mot d’ordre lancé par le Président Tshisekedi, l’ONGD  MAE organise, d’une façon sélective, des formations gratuites  accélérées de deux semaines, axées sur « l’agro–business», c’est-à-dire l’agriculture, l’élevage, le reboisement et la transformation, à travers la brigade  agricole.

Ces formations sont destinées à la jeunesse, notamment les étudiants, les sans-emplois ainsi que les jeunes qui se livrent au banditisme urbain communément appelés «Kuluna».

L’idée est de faire en sorte qu’à travers l’agriculture, ces jeunes trouvent le réconfort pour subvenir à leurs besoins quotidiens.

Il a mis en place un manuel d’accompagnement des jeunes  intitulé, «agriculture d’abord», dans l’objectif  de créer une nouvelle classe moyenne des fermiers.

Ces formations, a-t-il soutenu, sont sanctionnées notamment par  le brevet  de participation, l’octroi  à chacun d’un terrain de deux hectares d’exploitation pendant cinq ans et leur accompagnement pour la création d’une entreprise agricole.

Il sollicite du ministère de tutelle la création d’une banque agricole pour l’émergence de ce secteur.

Il a par ailleurs fait observer que cette organisation éprouve des difficultés d’exploiter les 800 hectares lui dotés par le ministère de la Jeunesse à Menkao, depuis le mois d’août de l’année 2019.

Cela est dû au fait que l’ONGD est dépourvue d’équipement technique nécessaire pour exploiter cette étendue arable, à savoir les tracteurs, les intra-agricoles (les semences) et les extras-agricoles (les bêches, les houes, les machettes etc..),  afin de mieux exploiter ces espaces.

Selon Samy Moyo, toutes les démarches effectuées pour obtenir ces matériels sont restées lettre morte.

Pourtant, a-t-il martelé, l’agriculture est parmi les  secteurs​ pouvant réduire le chômage et capitaliser le fond  pour le développement de la RDC.

Il a  également précisé que « former est bon, mais   la pratique est mieux », car en agriculture le travail de terre est indispensable.

Il a révélé que son organisation a  mis en place le projet de formation de 13000 jeunes mais, malheureusement par faute financement adéquat, elle n’a formé que 5000.

«Agro business»  envisage former 6500000 jeunes  à travers la RDC afin de concrétiser la vision du Chef de l’État Félix Tshisekedi, en créant les emplois agricoles dans l’objectif de produire les denrées alimentaires et transformer des produits biologiques propres à la consommation.

Signalons que l’ONG MAE a débuté ses activités en 2006 au territoire de Songololo, dans la province du Kongo-Central,  à travers l’encadrement des femmes à la culture de manioc. C’est depuis 2010 qu’elle poursuit cette activité avec la sensibilisation et la formation des jeunes à la réforme agraire,  signale-t-on. ACP/ZNG/CL/Awa