Biélorussie : un sommet européen extraordinaire mercredi pour discuter de la situation au pays

0
619

Kinshasa, 17 Août 2020 (ACP).- Un sommet extraordinaire des 27 dirigeants de l’Union européenne (UE) aura lieu mercredi 19 août par visioconférence pour discuter de la situation en Biélorussie, ont rapporté lundi les médias internationaux, citant l’annonce a annoncé le même jour du  président du Conseil européen.

 «Le peuple du Bélarus a le droit de décider de son avenir et d’élire librement son dirigeant. La violence contre les manifestants est inacceptable», a déclaré Charles Michel, président du Conseil européen sur Twitter.

L’Allemagne, qui assure la présidence de l’Union européenne, a menacé  lundi d’étendre les sanctions déjà décidées contre des responsables biélorusses après les violences contre les manifestants demandant le départ d’Alexandre Loukachenko, suite à sa réélection contestée.

«Nous voyons aussi la possibilité d’étendre les sanctions à d’autres responsables» du pays, a déclaré à la presse Steffen Seifert, porte-parole d’Angela Merkel, en plaidant pour que l’Organisation pour la sécurité et la coopération (OSCE) soit chargée d’une mission de médiation visant à vérifier les résultats du scrutin.

Manifestations devant des usines et la télévision publique à Minsk

Les manifestations ont lieu lundi  devant plusieurs usines et le siège de la télévision publique biélorusse à Minsk à l’appel de l’opposition, qui a annoncé une grève générale pour protester contre la réélection controversée du président Alexandre Loukachenko.

Des protestataires brandissant les drapeaux blanc et rouge de l’opposition se sont notamment réunis devant une usine de véhicules lourds où M. Loukachenko est arrivé ce lundi en hélicoptère, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Des milliers d’employés ont également arrêté le travail dans l’usine de tracteurs de Minsk (MTZ), ont affirmé des ouvriers de cette entreprise.

Dans le même temps, le Royaume-Uni a fait savoir qu’il «n’accepte pas les résultats» de l’élection présidentielle du 9 août au Bélarus et compte «sanctionner les responsables» de la répression des manifestations contre le président Alexandre Loukachenko, a indiqué lundi le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab.

«Le Royaume-Uni n’accepte pas les résultats. Nous avons besoin de toute urgence d’une enquête indépendante par l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) sur les failles qui ont rendu injustes les élections, ainsi que sur la répression atroce qui a suivi», a déclaré le ministre des Affaires étrangères dans un communiqué. ACP/ODM/May