La RDC exprime une volonté politique pour les projets de monétisation du gaz, selon  NJ Ayuk

0
555

Kinshasa, 17 Août 2020 (ACP).- Le président de la chambre africaine de l’énergie,  Nj Ayuk a affirmé,  dans un communiqué  de presse reçu lundi à l’ACP, que la RDC exprime une forte volonté politique pour les projets de monétisation du gaz.

Selon le communiqué, entouré des grands producteurs africains de pétrole et de  gaz comme  la République du Congo et   l’Angola, la République démocratique du Congo (RDC) est jusqu’à présent restée relativement absente de la ligue  africaine des producteurs d’hydrocarbures.

En  2019, souligne la source, seule la société indépendante PERENCO avait produit à partir de la RDC à un rythme moyen de 25.000 (vingt-cinq mille) be/j (barils par jour) à partir de 11 (onze) champs sur terre.

La même source note que  c’est dans ce contexte que l’administration du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a fait de la sécurité énergétique et de l’investissement, sa priorité absolue.

Il cherche à faire décoller des projets hydroélectriques massifs, mais aussi à diversifier le panier énergétique du pays et à créer des emplois, sans oublier d’autres mesures qui vont dans le sens de soutenir  le développement de l’industrie des hydrocarbures, des ressources hydrauliques et des Finances, d’accélérer les processus juridiques et les permis relatifs à la valorisation du gaz naturel tel que décidé lors du dernier  conseil des ministres qui s’est tenu la semaine dernière à Kinshasa.

«Nous sommes extrêmement optimistes quant à l’avenir du pétrole et du gaz en RDC étant donné le soutien politique actuel à l’industrie. Bien que des politiques axées sur le marché soient nécessaires pour garantir les investissements dans la monétisation du gaz, un environnement favorable est essentiel pour libérer le potentiel énorme de la RDC. L’industrie de l’énergie est prête à soutenir la RDC», a déclaré Nj Ayuk, président de la chambre africaine de l’énergie.

«La RDC offre également 100 GW de potentiel hydroélectrique. Ses prochaines centrales hydroélectriques devraient nécessiter des milliards de dollars américains.  C’est une chance pour les investisseurs et les acteurs locaux de participer et de soutenir les plans de croissance ambitieux du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui lutte  contre la pauvreté énergétique pour le développement industriel qui créera des emplois et transformera l’économie avec une stratégie de relance post-COVID-19 », a conclu, NJ Ayuk. ACP/ODM/May