0
8804

Kinshasa, 20 Août 2020 (ACP).- Le secrétaire général de l’ONG «Young Men action for education (YMAE)», Serge Bondedi Eleyi, a été reçu récemment en audience par le ministre de l’enseignement supérieur et Universitaire (ESU), Thomas Luhaka Losendjola en vu de présenter à ce dernier, les termes de références (TDR) du plaidoyer visant l’interdiction de fonctionnement au sein des établissements de  l’ESU, des associations et regroupements à caractère tribal et ethnique en République démocratique du Congo (RDC) d’une part, et d’autre part, lui faire le point sur l’évolution des enquêtes post- préliminaires initiées par sa structure.

M. Bondedi a indiqué que ce TDR va contribuer à l’évaluation, à la mise en œuvre et au suivi du cadre réglementaire contre les pratiques contraires à l’éthique professionnel en milieu académique qui a pour résultat de renforcer l’équité au sein du secteur de l’ESU.

 «Ces enquêtes initiées par ma structure auprès de quelques étudiants ont été concluantes et ont démontré qu’il y a opportunité de continuer avec ce plaidoyer», a souligné le SG de l’ONG YMAE avant de poursuivre : «nous sommes maintenant en deuxième phase de ces enquêtes post-préliminaires qui vise 100 étudiants et en troisième phase, nous viserons 1000 étudiants bien évidement avec le concours de l’association des étudiants du Congo».

Par ailleurs, M. Bondedi a fait savoir que le ministre Luhaka a promis son soutien et son accompagnement en tant qu’autorité de tutelle pour que la question du tribalisme et de l’ethnisme soit complètement éradiquée.

Il sied de noter que ces enquêtes post-préliminaires vont conduire à des enquêtes proprement dites. Elles visent à récolter les avis, propositions et suggestions des étudiants de différents établissements du secteur privé et public, axées sur les pratiques des actes de tribalisme et de l’ethnisme au sein des sites du secteur de l’ESU. ACP/ODM/Awa