Les USA et le Canada condamnent les menaces de mort contre le Dr Mukwege

0
371

Kinshasa, 20 Août 2020 (ACP).- Les Etats-Unis et le Canada condamnent les actes d’intimidation et de menaces de mort dont est victime Dr Denis Mukwege, médecin directeur de l’Hôpital général de référence de Panzi au Sud-Kivu et lauréat du prix Nobel de la Paix 2018, a appris jeudi l’ACP du compte twitter de l’ambassadeur américain en RDC, Mike Hammer.

L’ambassadeur américain en RDC a dénoncé ces menaces inacceptables. Pour une paix durable, il a estimé que les appels à la responsabilité pour la restauration de l’autorité de l’État dans l’Est du pays sont essentiels.

«Nous sommes préoccupés par la violence brutale continue qui fait tant de victimes innocentes et aussi par les menaces inacceptables contre Denis Mukwege. Les appels à la responsabilité des autorités à mettre fin aux violences dans l’Est de la RDC sont essentiels pour construire une paix durable», a fait savoir Mike Hammer.

Pour sa part, l’ambassadeur du Canada en RDC, Nicolas Simard, a souligné qu’au moment où les violences sexuelles s’aggravent dans l’Est du pays, il est inconcevable que des menaces de mort puissent être proférées contre le Dr. Mukwege.

«Le Canada travaille en étroite collaboration avec le prix Nobel Denis Mukwege et son équipe à la Fondation Panzi pour soutenir les survivants des violences basées sur les genres et sexuelles. Il est inacceptable que des menaces de mort puissent être proférées contre lui alors que la violence s’aggrave dans l’Est de la RDC. Nous demandons instamment de mettre fin à l’impunité pour garantir une paix durable dans la région», a écrit l’ambassadeur du Canada en RDC.

Les menaces contre le Dr. Mukwege font suite à sa dénonciation du massacre perpétré dans le village de Kipupu, dans le secteur d’Itombwe, territoire de Mwenga, province du Sud-Kivu dans la nuit du 16 au 17 juillet 2020 et au cours duquel plus de 220 personnes auraient été tuées par des combattants de groupes armés.

Ces massacres ont poussé le gynécologue congolais a martelé sur le respect des recommandations du rapport du Projet Mapping publié par le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme en août 2010 pour mettre fin à l’impunité des crimes commis en RDC depuis 1996.

Le Dr. Mukwege a aussi réitéré son appel à la création d’une juridiction spéciale pour juger les crimes au Congo, renseigne-t-on». ACP/ODM/Awa