Une délégation de la CEDEAO  conduite par l’ex-président nigérian Goodluck Jonathan à Bamako  

0
352

Kinshasa, 21 Août 2020 (ACP).- Une délégation de la CEDEAO, conduite par l’ex-président nigerian Goodluck Jonathan,  est arrivée vendredi  à Bamako au Mali  pour un entretien  avec les militaires putschistes  qui  ont  renversé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, ont rapporté le même jour les médias internationaux.

Les sources indiquent que lors d’une visioconférence jeudi, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest(CEDEAO) a fermement condamné le coup d’état par des militaires putschistes  mardi, et  a réclamé le « rétablissement » d’Ibrahim Boubacar Keïta à la présidence du Mali.

Le président nigérien Mahamadou Issoufou, à la tête de l’organisation régionale, a déclaré qu’une délégation sera dépêchée à Bamako pour « assurer le retour de l’ordre constitutionnel ».

La situation au Mali a aussi été évoquée lors de la rencontre entre Angela Merkel et Emmanuel Macron. Réclamant également la libération rapide d’IBK, le président français a renouvelée l’engagement des militaires de la mission Barkhane dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Le président Keïta, dit « IBK », élu en 2013 puis réélu en 2018 pour cinq ans, faisait face depuis des mois à une contestation sans précédent depuis le coup d’Etat de 2012.

Il a été arrêté par des militaires putschistes avec son Premier ministre Boubou Cissé et d’autres responsables civils et militaires.  Le président, son Premier ministre et d’autres responsables  sont toujours détenus , tandis que d’autres ont été relâchés.

IBK a été contraint d’annoncer sa démission et la dissolution de l’Assemblée nationale et du gouvernement dans la nuit de mardi à mercredi.

Les militaires, pour la plupart des hauts gradés, ont annoncé dans la foulée que le pays était dorénavant dirigé par un Comité national pour le salut du peuple (CNSP), avec à sa tête un colonel, Assimi Goïta, et a promis d’organiser des élections dans un « délai raisonnable ». ACP/Fng/nig