Le chef de l’ONU exhorte à mettre fin à la haine et à la discrimination

0
307

Kinshasa, 23 août 2020 (ACP).- Le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a appelé samedi, dans un message publié à l’occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes de la violence fondée sur les croyances religieuses, qui tombe le 22 août, la communauté internationale à faire des efforts pour mettre fin à la haine et à la discrimination, ont rapporté dimanche es médias internationaux.

Tout en mettant en garde contre une montée du racisme depuis la propagation du COVID-19 à travers le monde, le chef de l’ONU a noté que la pandémie a été accompagnée d’une « montée de la stigmatisation et du discours raciste vilipendant les communautés, répandant des stéréotypes ignobles et désignant des coupables ».

Le Secrétaire général a énuméré certains exemples inquiétants de discrimination contre les minorités religieuses, tels que les attaques contre des personnes et des sites religieux, ainsi que des crimes haineux et des crimes atroces visant des populations en raison de leur religion ou de leurs convictions.

Afin de lutter contre cette discrimination, M. Guterres a appelé à agir davantage pour s’attaquer aux causes profondes de l’intolérance et de la discrimination en favorisant l’inclusion et le respect de la diversité, et demandé aussi que les auteurs de crimes de cette nature en soient tenus responsables.

« Le droit à la liberté de religion ou de conviction est fermement ancré dans le droit international des droits de l’homme, et il constitue la pierre angulaire des sociétés inclusives, prospères et pacifiques« , a-t-il souligné.

La Journée internationale de commémoration des victimes de la violence fondée sur les croyances religieuses a été créée par une résolution de l’ONU adoptée en mai 2019, en réponse à une montée de l’intolérance et de la violence fondées sur la religion ou les convictions contre des individus, souvent de  nature criminelle. ACP/CL/NIG