La COMIFAC-RDC encouragée à multiplier des efforts pour renforcer les capacités des acteurs nationaux en matière de forêt

0
258

Kinshasa, 26 août 2020 (ACP).- Le secrétaire général du ministère de l’Environnement et développement durable, Benjamin Toirambe Bamoninga, a encouragé la coordination nationale de la Commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC-RDC) à multiplier des efforts pour renforcer les capacités des acteurs nationaux dans la mise en œuvre et l’opérationnalisation des outils de planification stratégique.

Le secrétaire général l’a dit mercredi, lors de l’ouverture de l’atelier national de lancement des campagnes de collecte des données de suivi des indicateurs de la COMIFAC-RDC pour l’exercice 2020, en la salle Boboto, dans la commune de la Gombe, à Kinshasa.

Cet atelier visait à impliquer toutes les parties prenantes dans le processus de collecte des données et de disposer d’une meilleure connaissance des outils de collecte et d’encodage des données aux cinq formulaires thématiques notamment, le couvert forestier, le cadre légal et institutionnel, la gestion de forêt, la conservation et la valorisation de la biodiversité ainsi que le changement climatique.

Selon le chef de l’administration du ministère de l’Environnement, ces assises permettront à ses services d’améliorer la gouvernance du secteur en vue d’assurer le développement durable des ressources forestières que regorge la RDC, susceptibles à relever les défis auxquels ils sont confrontés.

Benjamin Toirambe a, à cet effet, cité les défis tels que le renforcement des capacités de l’administration du secrétariat général de son ministère expliquant que cela, au regard du rôle important que son administration doit jouer dans le processus de déclinaison et de l’alignement du Programme national environnement, forêt, eau et biodiversité, 2èmeGénération (PNEFEB-2) au Plan de convergence 2 de la COMIFAC.

« Malgré le potentiel forestier élevé dont dispose la RDC, a-t-il souligné, la connaissance sur ses ressources forestières reste un défi à relever », a-t-il ajouté

Il a indiqué que cette situation préjudice le pays et risque d’avoir à la longue un impact négatif sur la gestion rationnelle et durable desdites ressources forestières.

Opportunité pour la RDC à s’approprier le processus et de se doter des données forestières et environnementales actualisées

Les participants à l’atelier national de la COMIFAC-RDC

Pour le coordonnateur de la COMIFAC-RDC, Luc Atundu Mayamba, cette occasion donne à la RDC, l’opportunité de s’approprier ce processus et de se doter des données forestières et environnementales actualisées et pertinentes, traitées et formatées, qui pourront lui permettre d’orienter ses décisions politiques sectorielles et promouvoir une meilleure gouvernance et une gestion durable de ses écosystèmes forestiers.

« L’intérêt est de doter la RDC d’une plateforme en ligne capable de digérer et de présenter les informations sur les écosystèmes forestiers de manière accessible », a-t-il souligné.

La COMIFAC, à travers sa cellule spécialisée l’Observatoire des forêts d’Afrique centrale (OFAC), met à la disposition des Etats membres, des données actualisées sur les écosystèmes forestiers d’Afrique centrale, a-t-il rappelé.

Il a signalé, en outre, que la base des données de l’OFAC est la principale source d’informations pour renseigner les indicateurs du Plan de convergence 2015-2020.

Ces assises patronnées par le ministère de l’Environnement de développement durable, ont connu la participation des plusieurs experts en matière de forêt, particulièrement le chargé des missions au Fond forestier national (FFN), Alain Kalangiro Chishugi.

Elles ont été appuyées sur les plans technique et financier des différents partenaires entre autres la coopération allemande GIZ, la FFN et le Fonds mondial pour la nature (WWF/RDC). ACP/