RDC : plaidoyer pour la mise en œuvre du plan d’action global de la décennie de l’ONU sur l’agriculture familiale

0
467

Kinshasa, 26 août 2020(ACP).- La Confédération nationale des producteurs agricoles du Congo (CONAPAC), la Confédération  des paysans du Congo(COPACO) et l’Union nationale des agriculteurs, pêcheurs et éleveurs du Congo (UNAGRICO) recommandent au gouvernement de lancer et de mettre en œuvre un plan d’action global de la décennie des Nations-Unies  sur l’agriculture familiale(DNUAF), en réponse à  la crise alimentaire générée par la pandémie de la Covid-19 et au manque de la résilience des systèmes agricoles basés sur l’agriculture à petite échelle.

Ces organisations paysannes l’ont fait savoir dans une déclaration rendue publique mardi à Kinshasa, au lendemain de l’atelier sur l’impact de la Covid-19  dans l’agriculture familiale tenue dernièrement à Kinshasa.

«Leur implication dans la gestion, la mise en œuvre et le suivi des programmes en cours et ceux en élaboration d’atténuation de cette pandémie », ont elles soutenu, est plus que souhaitée  pour des programmes durables et à long terme à l’échelle nationale.

Elles demandent au gouvernement de faciliter la mise en place d’un commissariat général de l’agriculture familiale qui sera animé par les professionnels et la corporation des producteurs agricoles familiaux,  l’adoption et la mise en œuvre efficace des mesures d’application de la loi portant principes fondamentaux relatif à l’agriculture familiale, promulguée en 2012 et la mise en œuvre d’une politique nationale agricole qui intégrera l’agriculture familiale pour la promotion de l’entreprenariat agricole rural.

A ces recommandations s’ajoute l’élargissement du programme de couverture santé aux producteurs agricoles familiaux  en vue de les préserver des effets pervers de la COVID-19 et des autres maladies.

La RDC ne dispose pas à ce jour d’un plan décennal de l’agriculture familiale (2019-2028) décrété par les Nations-Unies et n’a pas amélioré les allocations budgétaires en faveur de l’agriculture, soit 10% du Budget national afin de satisfaire à la déclaration de Maputo. ACP/ZNG/KJI/JLL