Plus au moins 95% des 111 journaux de l’ex-Katanga fonctionnent dans l’illégalité

0
582

Lubumbashi, 27 Août 2020 (ACP).- Plus au moins 95% des 111 journaux de l’espace grand Katanga fonctionnent dans l’illégalité, sans récépissé de la Division de la Communication et médias.

Le chef de division provinciale a.i de la Communication et des médias du Haut Katanga, Séraphin Kayakez Tshitadi, l’a révélé à l’ACP, jeudi à son bureau à l’issue d’une réunion avec les éditeurs des journaux basés à Lubumbashi.

Au cours de cette rencontre, Séraphin Kayakez Tshitadi a rappelé aux éditeurs des journaux quelques dispositions légales de la loi 096 fixant modalités de l’exercice de la liberté de la presse.

Il leur a rappelé le dépôt obligatoire à la Division provinciale de la Communication et médias, d’une déclaration reprenant les noms, les adresses de l’éditeur responsable, du directeur de publication, avant de souligner aussi que la loi les oblige à ouvrir le dossier administratif.

Le chef de division de la Communication et médias leur a fait savoir que, selon le nouvel arrêté interministériel, le montant exigé pour l’ouverture d’une entreprise de presse est fixé à 1.000 (mille) dollars américains, payable en francs congolais au taux du jour.

Ce montant qui a une validité de deux ans, est payé à la DGRAD et donne accès au récépissé, qui est un permis d’exploitation du secteur médiatique.

Les journaux non en règle seront interdits de publier à partir du 01 Octobre 2020

Séraphin Kayakez Tshitadi a  annoncé que les jurnaux non enrègle avec la loi seront interdits de publier à partir du 01 Octobre 2020. A ce sujet, il a lancé un appel aux éditeurs des journaux à rentrer dans la légalité, en observant les règles de la loi et en payant les taxes dues à l’Etat, avant tout fonctionnement. Il les a invités à avoir en eux la culture fiscale pour permettre à l’Etat d’avoir les moyens afin de leur octroyer les subventions.

Séraphin Kayakez veut, à travers cette démarche, assainir le secteur de la presse écrite, envahi par des plusieurs titres fantômes ou non reconnus par la Division de la Communication et médias. ACP/Kayu/ODM/Awa/MNI