525.590 réfugiés provenant des différents pays installés en RDC

0
879

Kinshasa, 28 Août 2020 (ACP).- 525.590 réfugiés provenant des différents pays africains ont trouvé asile en République Démocratique du Congo où ils vivent dans des sites aménagés à cet effet ou avec des autochtones avec lesquels  ils partagent les mêmes conditions de vie, tandis que 917.646 congolais sont en refuge dans les pays limitrophes.

Le secrétaire permanent de la commission nationale pour les réfugiés (CNR), Eric Mukandila Malu, a fourni ces précisions, vendredi, à l’ouverture de l’atelier de renforcement des capacités des cadres politico-administratifs de vingt-cinq communes de la ville de Kinshasa.

Les réfugiés installés en RDC sont originaires des pays limitrophes dont 214.475 rwandais, 172.160 centrafricains, 89.058 soudanais du sud et 48.586 burundais, a-t-il précisé.

Pour le secrétaire permanent de la CNR, la genèse du phénomène « réfugié » trouve ses origines avec des guerres de libération entreprises par des patriotes africains qui ont été obligés de franchir les frontières nationales en quête d’oasis de paix.

S’agissant singulièrement de la République Démocratique du Congo située au cœur du continent africain, ses frontières ont été largement ouvertes pour accueillir des milliers de réfugiés angolais en guerre contre le colonisateur portugais.

«Et en 1994, lors de la guerre inter ethnique du Rwanda, l’hospitalité légendaire qui caractérise  notre pays s’est encore manifestée avec l’entrée sur le territoire congolais d’environ un million cinq cent mille réfugiés rwandais dont les conséquences continuent à se faire sentir  notamment dans le domaine sécuritaire, dans sa partie orientale », a déclaré Eric Mukandila qui a ajouté que face à ce impératif hautement humanitaire, le gouvernement de la RDC a été contraint d’instaurer un cadre juridique et de faire appel au Haut commissariat des Nations Unies (HCR) pour l’aider à gérer ce phénomène.

Il a rendu  hommage au HCR pour l’appui substantiel qu’il apporte au gouvernement congolais par le truchement de la CNR pour prise en charge des activités protectrices en faveur des réfugiés.

Pour sa part, Mme Sandrine Desamour, représentante  assistante chargée de protection au HCR, a reconnu que cette agence onusienne a soutenu l’organisation de cet atelier pour permettre aux participants de s’imprégner des notions relatives à la protection des réfugiés.

Protection des réfugiés en droit positif congolais

Le conseiller juridique de la CNR, Noel Kikwa Muatambanza, a planché sur la ‘’protection des réfugiés en droit positif congolais’’ qui lui a permis d’énumérer les droits et obligations du réfugié, tandis que Antony Mboma, de la protection du HCR a parlé du mandant de son organisme, et des conventions de Genève de 1951 et de l’OUA de 1969.

Un débat fort intéressant, qui a permis aux participants d’exprimer leurs préoccupations, a clôturé la journée. ACP/Fng/Nig