La perception des primipares sur l’allaitement maternel exclusif fait l’objet d’un mémoire de master à l’ISTM/Kinshasa

0
266

Kinshasa, 28 Août 2020 (ACP).- M. Placide Kambanji Mugatshinyek Lumpungu vient d’obtenir le grade de master en sciences infirmières/Enseignement et administration des sciences de la Santé (EASI), après avoir présenté et défendu à l’Ecole doctorale de l’Institut supérieur des Techniques Médicales (ISTM) de Kinshasa son mémoire intitulé « Perception des primipares sur l’allaitement maternel exclusif des nourrissons ».

Il s’agit d’une étude menée dans la zone de santé de Barumbu à Kinshasa. L’objectif général de cette étude est d’explorer et  de comprendre les primipares (femmes qui donnent naissance pour la première fois) allaitantes à travers leurs expériences vécues de l’allaitement maternel exclusif des nourrissons.

Pour atteindre son objectif, l’auteur a soutenu avoir recouru à l’approche phénoménologique, avec la technique d’entrevue semi-dirigée. Son échantillon est constitué de vingt (20) répondantes primipares ayant des nourrissons âgés de 7 à 12 mois, sélectionnées selon la technique de boule de neige.

Il a soutenu en outre que les résultats obtenus  démontrent que les primipares ont une représentation positive car l’allaitement maternel exclusif évoque un lien affectif mère-enfant. Pour elles, c’est une façon d’entrer en communication avec son enfant.

La décision de soumettre leurs bébés à ce mode d’allaitement est, selon Placide Kambanji, l’une des premières décisions de la jeune maman, donc un choix profondément intime qu’il convient de respecter à cause  des bienfaits que procurent cet allaitement au  nourrisson. Dans cette étude, l’auteur énumère certaines barrières à l’allaitement maternel exclusif qui est une des stratégies qui participent la réduction de la morbimortalité des nourrissons.

Il s’agit  de l’inconfort de la mère d’allaiter en public, des problèmes physiques (crevasses, de mamelon) de la mère et ou une grossesse précoce et des  connaissances insuffisantes sur l’allaitement maternel exclusif (AME).

Selon Placide Kambanji, les facteurs promoteurs de l’allaitement maternel exclusif (AME) sont, entre autres, la connaissance des bienfaits du lait maternel pour la croissance du nourrisson, le soutien du conjoint et de l’entourage, le sentiment de maitrise et l’estime de soi pour la mère, l’âge de la primipare, ses  occupations ainsi que la mise en œuvre des recommandations de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé).

L’auteur fait savoir que les primipares allaitantes suggèrent aux autres d’expérimenter ce geste naturel d’allaiter le nourrisson au sein, un geste gratuit. Ce mode d’allaitement, soutient-il, confère une protection additionnelle aux nourrissons, avant de conclure que les  primipares allaitantes ont une perception positive de l’AME.

Le but de cette étude, a indiqué  Placide Kamanji,  est de donner une idée générale sur l’expérience d’allaitement maternel exclusif telle que vécue par des primipares allaitantes afin de contribuer à la l’amélioration de la santé des nourrissons par la promotion de cette pratique.

Jusqu’alors, M. Placide Kambanji Mugatshinyek Lumpungu était licencié en Sciences infirmières/EASI de  l’Institut supérieur des techniques médicales de Kinshasa. Le jury était présidé par le professeur Mbungu de  la Faculté de Médecine de l’Université de Kinshasa(INIKIN). ACP/Fng/nig