L’ACOGENOKI implante une unité modulaire de transformation de lait à Luhonga-Masisi dans le cadre du programme de 100 jours du Chef de l’Etat

0
193

Goma, 31 aout 2020(ACP).- Mme le Ministre Provincial de l’Agriculture, pêche, élevage et développement rural au Nord-Kivu, Dr Fatuma Hassan Sheila, représentant le gouverneur Carly Nzanzu Kasivita,  a procédé à Goma  à l’inauguration, d’une unité modulaire de transformation de lait, une initiative de l’Association Coopérative des Groupements d’Eleveurs du Nord-Kivu (ACOGENOKI), dans le cadre du programme de 100 jours du chef de l’Etat matérialisée par le Fonds de Promotion de l’Industrie, FPI.

L’ouvrage conçu selon les normes modernes est implanté à Luhonga, localité du Groupement Kamuronza, dans le territoire de Masisi, située à 35 km au sud-ouest de la ville de Goma.

Un démarrage automatique des machines a suffi pour que la Représentante du Gouverneur remette symboliquement la clé de contact à M. Emmanuel Kamanzi Runigi, Président du Conseil d’Administration de cette organisation qui a fait ses preuves au Nord-Kivu.

Mme Fatuma Hassan a, à cette occasion, rendu un vibrant hommage au Président de la République,  Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour avoir choisi le Nord-Kivu parmi les premiers bénéficiaires de son programme d’urgence de 100 jours à la tête de l’Etat.

« Ce choix », a-t-elle poursuivi, « est un témoignage éloquent de son attachement à la population de cette province et de sa ferme détermination à promouvoir le secteur agro-pastoral pour une autosuffisance alimentaire de chaque congolais ».

Elle a garanti que le Gouvernement provincial ne ménagera aucun effort pour accompagner les membres de l’ACOGENOKI, qui est l’un de ses partenaires locaux dans le cadre de la pacification, la réconciliation et le développement, pour la relance de la Province.

L’exécution de  ce  projet d’intérêt provincial et national subventionné par le Fonds de Promotion de l’Industrie, sur instruction du Chef de l’Etat, avait été lancée, rappelons-le, en date du 03 mai 2019. Il a coûté plus au moins 800.000 dollars américains dont les 75% du montant ont servi à l’achat et l’installation des équipements du projet, importés de l’extérieur du pays auprès de deux fournisseurs, avait, pour sa part, indiqué dans son speech, le Directeur Provincial du FPI au Nord et Sud Kivu, M. Honoré Kabunda Mbuta, représentant le Directeur National, M. Patrice Kitebi, empêché. Le premier volet du projet, consistait à l’achat, en Italie, des matériels et équipements principaux pour l’unité modulaire de transformation de lait déjà opérationnel dans trois containers installés sur plateforme.

Les batteries destinées au parc à panneaux solaires sont déjà achetées en Italie et n’attendent que l’ouverture des frontières internationales pour leur livraison et installation à Luhonga, a-t-il renchéri. Les besoins en fonds de roulement constituent le 2ème volet du projet pour acquisition de matériels, produit vétérinaires, recrutement et formation du personnel ainsi que le payement du personnel.

 Relativement à ce volet, l’ACOGENOKI n’a eu que 189.000 dollars américains, soit 23,6 % pour la construction de deux plateformes sur lesquelles sont posés les trois containers abritant la laiterie ainsi que les panneaux solaires, le bloc administratif et la clôture en moellons  pour la sécurité de cet investissement. Bref, le gros du financement du projet soit 76,4 %, a été envoyé en Italie et en Inde par le FPI pour achat des
équipements.


La camionnette citerne d’une capacité de 5.000 litres faisant partie de ce lot, est d’ores et déjà disponible à Luhonga pour le ramassage de lait à partir des centres de collecte à installer à Kirolirwe et  à Mushaki pour l’acheminer à la laiterie.

L’unité modulaire de lait : un apport salué par la population de Luhonga


L’implantation physique de cette unité modulaire moderne de transformation de lait, la première à l’Est de la RDC, avec sa technologie de pointe, permettra la création d’emplois permanents essentiellement pour le personnel de la laiterie, emplois entrepreneuriaux chez les vendeurs du lait ainsi que les fournisseurs de lait frais, a assuré de son côté M. Emmanuel Kamanzi Runigi, Président du Conseil d’Administration de l’ACOGENOKI.

Un autre atout, a-t-il signifié de cet investissement, est la mise sur le marché des produits laitiers notamment « le Yaourt », « le lait caillé », « le beurre » et « le fromage » remplissant les normes et standards de qualité et certifiés par l’Office Congolais de Contrôle, OCC. Ces produits jadis importés de l’étranger sont désormais produits localement.

Le lancement d’un projet intégré de lutte contre la malnutrition chez les enfants âgés de moins de 5 ans, les femmes enceintes et celles allaitantes ainsi que les personnes de troisième âge dans le Groupement de Kamuronza où 245 personnes en sont bénéficiaires.

Bref, ce cadeau présidentiel apporte un plus dans la vie de l’ACOGENOKI, et de la population de Luhonga qui en profitera notamment en terme d’emplois, en nutrition et en commerce.

L’ACOGENOKI a ouvert une pharmacie vétérinaire et organise des campagnes de vaccination contre le charbon symptomatique, bactéridie et la pleuro pneumonie contagieuse des bovins, en vue de concrétisersa mission de promouvoir l’élevage et la santé animale sur tout son rayon d’action étendu sur le Nord et Sud-Kivu en territoire de Kalehe.

La sécurité de cet investissement ; une  priorité des priorités


Tous les intervenants à la cérémonie inaugurale,  sont montés au créneau pour demander à la population d’assurer la sécurité de cette unité modulaire de transformation de lait, une priorité de leurs principales priorités. « Il s’agit d’un don de Dieu et votre avenir en dépend. A la population de Luhonga, bénéficiaire au premier plan, de se mettre ensemble comme frères et sœurs d’une même famille et mettre terme aux divisions internes et inutiles qui les plongent dans un recul sans précédent. Tous, de près ou de loin, protégeons cet investissement qui fait la fierté de la contrée et de la province », a recommandé un notable, le Chef de Groupement de Kamuronza.

Pour la petite histoire, l’ACOGENOKI  a été agréée en 1982 par le Gouverneur de l’ex Région du Kivu conformément au décret du 24 mars 1956, en vigueur jusqu’à ce jour et regroupe 43 Groupements d’Eleveurs dont 41 couvrent toute l’étendue de la province du Nord-Kivu et deux autres se trouvant en territoire de Kalehe, dans la province voisine du Sud Kivu.

Sa spécificité est celle de compter parmi ses membres, des filles et fils issus de presque toutes les communautés ethniques de la province du Nord-Kivu. Ce qui fait d’elle, un véritable pilier de pacification, de réconciliation et de développement.

L’ACOGENOKI poursuit comme objectif global, la défense des intérêts de ses  membres et la promotion de l’élevage sur tout son rayon d’action. Néanmoins, toutes les activités d’élevage de cette organisation non gouvernementale, ont été effrénées suite aux guerres interethniques et successives de 1993 tuant certains de ses membres et sommant d’autres à l’exil. Tout son cheptel et toutes ses infrastructures acquis grâce à l’appui de l’Ex Gouvernement Zaïrois, à l’époque, à travers la coopération Zaïre- Canada, estimés à la hauteur de 500.000.000 d’EUROS, ont été complètement détruits. Le malheur ne venant jamais seul, dit-on, l’éruption volcanique du 17 janvier 20O2, avait à son tour, englouti tous les bâtiments qui abritaient le siège social de l’ACOGENOKI et tous ses biens.

Pour la survie et face à la concurrence

L’ACOGENOKI sollicite la contribution de tout un chacun à la résolution des problèmes auxquels elle fait face, notamment l’insécurité, les vols et razzias de bêtes dans des fermes, les tueries et enlèvements des bouviers dues à la présence massive et presque permanente des groupes armés locaux et étrangers dans certaines localités, la multiplicité de taxes et l’occupation de leurs concessions par des inciviques.

Pour permettre à cette laiterie d’être compétitive,  face aux concurrents étrangers, l’ACOGENOKI sollicite des autorités provinciales et nationales compétentes, l’exonération des taxes d’implantation et impôts pour une période d’au moins deux ans, afin de réduire ses charges d’exploitation avec une incidence sur les couts de production et offrir, par ricochet, des produits de qualité aux prix abordables. Le raccordement au courant électrique de la SNEL pour une assurance de source d’énergie alternative permanente constitue également une grande nécessité pour suppléer le système photovoltaïque. ACP/Kayu/May