Soudan : le gouvernement et les groupes armés paraphent un accord de paix

0
473

Kinshasa, 31 août 2020 (ACP).-  Le gouvernement soudanais et les groupes armés ont paraphé lundi à Juba, capitale du Soudan du Sud, un accord de paix global pour mettre fin aux conflits armés, ont rapporté lundi les médias internationaux.

Les sources indiquent que le président sud-soudanais Salva Kiir, le président du Conseil souverain soudanais, Abdel Fattah Al-Burhane, et le Premier ministre soudanais Abdalla Hambdok ont pris part à la cérémonie de signature.

Le gouvernement soudanais a paraphé l’accord avec neuf mouvements armés de l’alliance du Front révolutionnaire.

L’accord de paix, dont la cérémonie de signature a été diffusée par TV Soudan, comprend des protocoles sur la sécurité, le partage du pouvoir et des richesses, les compensations pour les déplacés et réfugiés, la propriété foncière, la justice et le développement.

L’accord couvre cinq voies de négociation au Darfour, dans l’est, le nord et le centre du Soudan, et enfin au Kordofan du Sud et au Nil bleu. Le texte stipule l’extension de 39 mois de la période transitionnelle au Soudan à compter du 1er septembre 2020.

La période de transition a débuté en juillet 2019 dans le pays, trois mois après l’éviction de l’ancien président Omar el-Béchir au cours de manifestations populaires le 11 avril.

L’accord délimite également une période de 39 mois pour démobiliser les forces des mouvements armés et les intégrer à l’armée régulière dans le cadre des arrangements sécuritaires.

Depuis octobre dernier, le Soudan du Sud fait office de médiateur entre le gouvernement soudanais et les groupes armés des régions du Darfour, du Kordofan du Sud et du Nil bleu.

Le Mouvement pour la justice et l’égalité au Soudan dirigé par Jibril Ibrahim, la faction Minni Minnawi du Mouvement de libération du Soudan (MLS), les factions de Malik Agar et d’Abdelaziz Al-Hilu du Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord (MPLS-N) et les groupes d’opposition de l’est, du centre et du nord du Soudan, ont pris part aux pourparlers avec le gouvernement.

Cependant, la faction d’Abdelwahid Mohamed Al-Nour de l’Armée de libération du Soudan (ALS) a refusé de participer aux négociations de paix. ACP/Fng/May