L’ONU encourage les femmes de la société civile à participer à la lutte contre la COVID-19

0
346

    Kinshasa, 1er sept. 2020 (ACP).- Le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a encouragé lundi les jeunes femmes de la planète terre  à faire entendre leurs voix pour aider le monde à se relever de la crise causée par la COVID-19.

Lors d’une rencontre virtuelle avec des jeunes femmes des organisations de la société civile dans le cadre de la commémoration de la 75ème anniversaire de sa structure,  il a déclaré que les moments étant difficiles, le monde a plus besoin de la voix de la femme ainsi que de son engagement pour amener le changement, avant de souligner que les organisations  féminines de la société civile sont en première ligne dans la mobilisation pour une reprise inclusive et une réponse équitable à la pandémie de Covid-19.

Le magazine « ONU-Info » qui annonce cette information indique selon le patron de l’ONU,  la pandémie a révélé la  crise du travail de soins non rémunéré ainsi qu’une montée en flèche de la violence sexiste, d’où il est impérieux de faire valoir les droits  des femmes  et des filles afin de préserver les progrès  acquis et sortir de cette crise avec une égalité entre hommes et femmes en termes de leadership et de représentation.

Par ailleurs,  poursuit la source,  António Guterres a rappelé que protéger les droits des femmes et des filles pendant cette période est une priorité absolue pour les Nations Unies.

A cet effet, une note d’orientation a été publiée au début du mois d’avril, appelant les gouvernements à prendre des mesures concrètes pour placer les femmes et les filles au centre de tous les efforts visant à lutter contre la pandémie de Covid-19.

Des partenaires inébranlables dans la lutte

 Pour sa part, la directrice exécutive d’ONU-Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a rapporté que la société civile et les mouvements des femmes étaient des partenaires inébranlables dans la lutte pour dénoncer et lutter contre les inégalités qui se sont creusées sous la Covid-19 et pour placer les femmes au centre du redressement, avant d’indiquer que cette pandémie a aggravé les inégalités existantes, y compris celle  entre les sexes.

Déplorant la situation des femmes, elle a souligné qu’entre 70 et 90% des professionnels de la santé sont des femmes malheureusement  leurs salaires et leurs conditions ne reflètent souvent pas le rôle vital qu’elles jouent.

. ACP/Fng/GGK