La DYPOL dresse le bilan de 30 ans d’expérience démocratique de la RDC au CEPAS

0
137

Kinshasa, 04 sept. 2020 (ACP).- Le coordonnateur de la Dynamique des politologues (DYPOL), Christian Ndombo Moleka, a clôturé, vendredi, au CEPAS dans la commune de Gombe, les ateliers Sciences Po, tenus du 2 au 4 septembre courant, sous le thème : «24 avril 1990-24 avril 2020. 30 ans d’expérience démocratique en RDC, quel bilan ?».

Il a indiqué qu’au cours de ces assises, les participants ont réévalué le processus démocratique en cours dans notre pays, en revisitant le contexte historique de son avènement, les crises structurantes et soubresauts sui l’ont agité, les différents processus électoraux, ainsi que l’état des lieux des piliers démocratiques, à savoir : les partis politiques, les médias, la société civile et les citoyens.

Il y a lieu de retenir, a noté Christian Ndombo, que ces ateliers ont permis de relever une série de principes clés notamment que la démocratie est irréversible et nous ne pouvons plus revenir à l’autoritarisme, les acquis démocratiques sont la résultante de la lutte et de la conquête et que la démocratie congolaises est à construire, l’éducation civique de la population et la formation des élites politiques sont des exigences  nécessaires à l’amélioration de la démocartie.

Sur le plan électoral, les idées forces sont telles que : les élections doivent servir à consolider la démocratie et non à domestiquer le vote des citoyens, les reformes électorales sont indispensables pour aboutir à un processus qui respecte et protège le suffrage des citoyens, la dépolitisation de la CENI est un gage de la crédibilité du processus electoral, etc.

Les recommandations issues de ces assises s’articulent autour de points ci-après : l’inscription au calendrier de la session parlementaire de septembre, les matières relatives à toutes les reformes électorales qui doivent réunir le consensus des acteurs politiques et d’autres institutions d’appui à la démocratie, le financement des éléctions  devrait être garanti par l’Etat congolais pour consolider notre indépendance, la surveillance et la vgilance citoyenne sont indispensables pour obtenir des reformes institutionnelles qui protègent le droit de suffrage des citoyens, etc.

L’éducation civique, le panafricanisme et l’appropriation du processus démocratique sont la clé de la consolidation de notre démocratie, a-t-il souligné. ACP/Fng/Nig