Le Pr Charles Mazinga invite les Congolais à sortir la RDC des « exuvies de la République festive »

0
1050

Kinshasa, 04 septembre 2020 (ACP).- Le Pr Charles Mazinga de l’Institut facultaire de sciences de l’information et de la communication (IFASIC) a invité les Congolais à sortir la RDC des « exuvies » de la République festive et des antivaleurs, au cours d’une conférence-débat organisée vendredi, à l’université Cardinal Malula au quartier Kingambwa dans la commune de Limete.

Selon le Pr Charles Mazinga, la RDC a baigné depuis son accession à la souveraineté nationale et internationale, dans la position festive et des antivaleurs, laquelle n’a pas permis au pays de décoller. Cette République festive, a-t-il expliqué, est caractérisée par la mauvaise gouvernance, la mauvaise à tous les niveaux, l’injustice, le non respect de biens de l’Etat, la corruption, la jouissance effrénée de l’argent du trésor public, bref, c’est une République caractérisée par des antivaleurs de tout ordre.

« Avec une telle position festive dans laquelle les politiciens ont mis le pays depuis plus d’un demi-siècle après l’indépendance, il n’y a pas moyen d’espérer un quelconque progrès », a-t-il ajouté.

Pour sortir la République de la position festive, le Pr Charles Mazinga a rappelé des principes de vie et des règles simples pour que le pays se développe notamment, le partage équitable selon les lois du pays des richesses, faire la chasse aux antivaleurs à tous les niveaux de la société congolaise pour éviter ‘’ la reproduction des clones noceurs et destructeurs à la tête du pays’’.

Pour y arriver, a-t-il fait savoir, les Congolais doivent privilégier la méritocratie, récompenser les bons citoyens et sanctionner les médiocres, bannir le clientélisme, le tribalisme, la corruption, la gabegie financière, l’injustice et le népotisme qui affaiblissent et détruisent le pays en pérennisant ‘’une inclémence savamment orchestrée depuis cinquante ans ‘’.

« Les Congolais doivent mettre fin au culte du chef servi par le ‘’ Sakayonsa ‘’, la servilité et la flagornerie, placer une sourdine aux applaudimètres tribalo régionaux qui ont été aux mamelles faisandées de tous les régimes corrompus », a-t-il insisté.

Enfin, le Pr Mazinga a plaidé pour la promotion de la recherche scientifique nationale, clé incontournable du développement intégral du Congo. Pour cette raison, a-t-il proposé, il faut changer la configuration actuelle des écoles et universités congolaises. « Il nous faut des écoles et universités qui concilient la science et la connaissance de l’éthique (ou la morale), deux dimension de la vie qui pourront booster le développement du pays », a-t-il expliqué, avant de conclure : « Tout le monde doit retenir qu’il faut véritablement avoir le courage d’inaugurer une ère nouvelle en mettant en  place une politique nationale du bonheur partagé ». ACP/Fng/nig