Retrait pacifique des miliciens de la CODECO de la ville de Bunia en Ituri

0
887

Bunia, 04 septembre 2020(ACP).– Les miliciens de la CODECO « pro processus de paix » accompagnés des éléments de la Police nationale congolaise (PNC) se sont retirés pacifiquement de la ville de Bunia, chef-lieu de l’Ituri, vers leur lieu de regroupement situé dans le groupement Ezekere, secteur de Walendu-Tatsi, territoire de Djugu, a confié vendredi à l’ACP, le porte-parole du secteur opérationnel des FARDC en Ituri, le lieutenant Jules Ngongo.

Il a signifié que ces miliciens de la CODECO favorables à la voie de la paix qui ont fait irruption tôt matin dans la ville de Bunia avec plusieurs d’autres regroupés dans une localité située à 15 km de Bunia sont dans l’attente du début effectif du processus du désarmement et de démobilisation qui va produire la paix et la tranquillité en faveur de la population de l’Ituri.

« Après leur accompagnement par les éléments de la police, la situation est revenue calme et nous pouvons observer la reprise timide des activités au centre-ville », a-t-il fait savoir.

Le porte-parole du secteur opérationnel a relevé que l’armée a montré son professionnalisme parce qu’elle n’a pas fait usage de son arsenal militaire devant ces miliciens non seulement inoffensifs mais également inscrits dans le processus de paix initié par le Commandant suprême des FARDC et de la PNC, le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à travers l’équipe de sensibilisation composée essentiellement des ex-seigneurs de guerre de l’Ituri.

« Ayant observé leur caractère inoffensif, l’armée a utilisé le moyen pacifique pour éviter justement l’hécatombe en plein centre ville. Mais surtout éviter les dégâts collatéraux au sein de la population. Sans casse, ni mort d’hommes de part et d’autre, les éléments du groupe armé CODECO pro processus de paix se sont retirés vers leur lieu de regroupement à Ezekere », a-t-il dit.

Le lieutenant Jules Ngongo a appelé la population de l’Ituri en général et celle de la ville de Bunia, en particulier, au calme et avoir foi aux institutions légalement établies.

Démenti formel sur la libération de miliciens incarcérés

Par ailleurs, le directeur de la prison centrale de Bunia, le major Camille Zonzi a porté un démenti formel sur les rumeurs selon lesquelles ces miliciens ont exigé et obtenu la libération de certains de leurs compagnons incarcérés dans cet établissement pénitentiaire.

Il a affirmé qu’après une longue discussion de 6h à 11 heures, les miliciens ont compris finalement que sur base de leur  cahier des charges que la question de libération de leurs compagnons sera examinée par le gouvernement de la République. ACP/Fng/Nig