Présentation à Bukavu du projet de Stabilisation de l’Est de la RDC pour la paix, STEP II

0
475

Bukavu, 06 septembre 2020 (ACP).- Le coordonnateur général du Fonds social de la RDC (FSRDC), Ruphin Bo Elongo, a présenté  samedi à Bukavu,  le projet de Stabilisation de l’Est de la RDC pour la paix (STEP II), un prolongement du STEP I,  sur financement additionnel 2 de la RDC et de la Banque mondiale, en présence du gouverneur Théo Ngwabije Kasi,  des partenaires et représentants de la population, à l’occasion de la deuxième journée de l’atelier d’évaluation des résultats du projet STEP I et de présentation du STEP II organisé du 04 au 05  par le FSRDC.

Il a salué à cette occasion le bilan positif du projet STEP I avant de révéler que l’objectif stratégique du projet STEP II se résume dans le relèvement et la résilience des ménages plus vulnérables dans leurs communautés respectives, autrement dit c’est d’abord une contribution à la protection sociale de ces derniers.

Ruphin Bo Elongo a relevé que le projet STEP II comporte  beaucoup d’innovations. Ce projet concerne les provinces de l’Ituri, du Nord Kivu, du Sud Kivu, du Kasai Central, du Nord Ubangi et la ville province de Kinshasa pour le volet COVID 19, et cible 1.800.000  personnes bénéficiaires réparties dans 300. 000 milles ménages  vulnérables qui vont bénéficier du «cash tranfer» pour relever leur niveau de vie ainsi que le travail en termes de personne-jour en échange de l’argent. Les trois secteurs prioritaires du STEP II sont, a-t-il poursuivi, l’éducation (des écoles en durables), la santé (des centres de santé améliorés), l’eau et assainissement en appui aux communautaires avec une enveloppe de 152 millions de dollars américains.

Le coordonnateur du FSRDC a indiqué que 1000 infrastructures seront réalisées, parlant des écoles, centres de santé, adduction d’eau potable à réaliser dans différents groupements des territoires. Le budget idéal prévu pour toutes les activités dans les provinces ciblées se chiffre à 445.000.000 USD dont 92.900.000 USD pour le Sud Kivu pour répondre urgemment aux besoins de nécessiteux.

Le gouverneur du Sud Kivu, Théo Ngwabije Kasi, dans son mot de clôture, a souhaité voir le projet STEP II travailler davantage en synergie avec d’autres projets de stabilisation afin d’accroitre les résultats et d’éviter le chevauchement. Il a demandé au FSRDC d’aligner la vision du STEP II sur les priorités du gouvernement provincial pour faciliter la coordination, éviter le gaspillage des ressources limitées  et de tenir compte des recommandations des partenaires et celles des bénéficiaires.

Evaluation des résultats du projet STEP I AU Sud-Kivu

Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur et sécurité du Sud-Kivu, Lwabanji Lwasi Ngabo avait ouvert vendredi, au nom du gouverneur empêché, les travaux de cet atelier d’évaluation des résultats du projet de Stabilisation de l’Est de la RDC pour la paix (STEP I) et de présentation du STEP II organisé par le Fonds social de la République (FSRDC), du 04 au 05  septembre 2020 à l’hôtel Panorama dans la commune d’Ibanda à Bukavu.

A cette occasion, le ministre provincial de l’Intérieur et sécurité a salué le projet STEP I qui cadre bien avec la vision du Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, déterminé à restaurer la paix et le développement au Sud-Kivu, à l’Est du pays et sur l’ensemble de la RDC, avant de se féliciter du partenariat qui existe ç cet effet avec la Banque mondiale.

Le chef d’antenne du FSRDC au Sud-Kivu, Jean de Dieu Cirimwami Kaboyi (photo) a, dans sa présentation, évalué le projet STEP I au Sud-Kivu à plus de 97% de réussite. Il a affirmé que ce projet qui s’est étalonné sur sept ans a produits des résultats palpables.

Jean de Dieu Cirimwami Kaboyi a précisé que les résultats globaux atteints portent sur 424 réalisations dont 84 au Sud-Kivu et ont créé plusieurs centaines des milliers d’emplois en termes de personnes-jours dans les provinces ciblées par le projet STEP I. Il a ajouté que 796 km de pistes de desserte agricole ont été réhabilités dont 214 au Sud-Kivu. Dans le domaine des infrastructures socio-économiques, 82 ouvrages ont été réalisés dont 56 projets dans l’éducation. Dans la gestion des conflits, 100% des projets prévus ont été réalisés avec 102 structures de prévention mises en œuvre ou accompagnées.

Au Sud-Kivu, d’autres projets ont porté sur l’eau, l’hygiène et l’assainissement, le reboisement, le pavage des routes secondaires, la construction des escaliers et la chaine de valeurs agricoles en plus d’un appui institutionnel aux partenaires étatiques dont le SENASEM, l’OVD,…

Il a profité de l’occasion pour dire que STEP I a connu d’énormes défis à relever dont l’inaccessibilité de certains coins, l’insécurité,  le faible taux de frais de participation locale bien que revu à la baisse (5%), avant de faire savoir que des mécanismes sont envisagés pour relever ces défis.

Le coordonnateur général du FSRDC,  Riphin Bo-Elongo, après avoir expliqué que SPEP I vient juste en appui aux efforts de la stabilité de l’Est de la RDC longtemps déchiré par des conflits armés, a saisi l’opportunité pour répondre aux préoccupations des participants et de dire que les 15 millions de dollars américains utilisés pour réaliser les activités du projet STEP I au Sud Kivu sont encore peu, vu les besoins sur le  terrain. Il est revenu sur le fait que le projet STEP I a pivoté sur quatre volets essentiels, à savoir  les infrastructures socio-économiques, les travaux de haute intensité de main d’œuvre (THIMO) ruraux et urbains, l’appui aux ménages vulnérables et l’appui institutionnel aux partenaires étatiques de mise en œuvre. ACP/CL/Fmb